En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés.
Mentions légales.
 
    Imprimer la page...
Vous êtes ici :   Accueil »

Nouvelles

Offensive patronale sur nos droits : Il faut payer l’ouverture à la concurrence !

Les résultats de l’attribution des premiers marchés TER soumis à appel d’offres seront connus avant la fin de l’année. Le patronat du ferroviaire et la direction SNCF cherchent à « imposer » les droits des cheminots qui pourraient être « transférables » dans les nouveaux opérateurs ou les filiales de la SNCF selon la vision qu’ils en ont, c’est-à-dire à minima. A travers les premières discussions d’un chapitre spécifique de la convention collective ou l’annonce, en interne à la SNCF, d’ouvertures de négociations sur les droits transférables dans les futures filiales, les patrons sont à l’offensive pour casser les acquis sociaux des salarié-e-s qui seraient transféré-e-s. Mais ne soyons pas dupe, avec un groupe SNCF qui a décidé de positionner des filiales sur chaque marché et des entreprises privées qui veulent engranger les subventions, nous sommes toutes et tous concerné-e-s !

Congés, Repos, Retraite, Conditions de travail, inaptitude ...

Sans réaction rapide, tout va y passer !

Perte de congés, perte des régimes de repos, perte des dispositifs pénibilités comme la CPA, incertitude sur les calculs de pension, suppression de la pension de réforme, licenciement pour inaptitude, fin du RH0077 pour application de la convention collective... C’est un véritable massacre de nos droits que préparent les patrons du ferroviaire ! Le dumping social pour financer la privatisation des transports ferroviaires ! Nous pouvons encore réagir ! Le calcul est simple, il n’y aura pas plus d’argent pour les conventions mais les patrons du ferroviaire veulent dégager des bénéfices « quoiqu’il en coûte ». Avec des coûts de péages et de matériels similaires, le patronat envisage de couper à vif dans les droits sociaux des personnels transféré-e-s pour faire le bénéfice. Que ce soit les futures filiales SNCF ou les entreprises ferroviaires privées, ils veulent faire entre 15 et 20% d’économie... Sur nos droits, nos conditions d’emplois et de rémunération ! Il va falloir se battre pour conserver nos droits, pour ne pas laisser le moins disant social être l’avenir de chaque cheminot !

A l’appel de SUD-Rail, après Lille et Paris, la mobilisation se poursuit le 3 Juin à Marseille !

  • Pour dénoncer le patronat du ferroviaire qui profite de la pandémie pour tenter de faire passer des mesures anti-sociales !
  • Pour revendiquer l’extension des droits des cheminots SNCF à l’ensemble des travailleurs du rail.
  • Pour porter des solutions alternatives comme la possibilité de l’attribution directe, ou l’introduction de clauses sociales dans les conventions et lutter contre le dumping social
  • Pour revendiquer une vraie politique de transports publics écologiques et solidaires et l’arrêt de la vente à la découpe du système ferroviaire qui va nous ramener dans les années 30 ! Nombreux, en lutte, nous pouvons encore changer l’avenir que les patrons veulent nous tracer !

[Lire/Télécharger le tract] pdf.gif