Recherche
 
Fermer
Connection

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>


    visiteurs
    visiteurs en ligne

  Nombre de membres 21 membres
Connectés :
membresMarc
 
Recherche
 
Fermer
 
Libre service
Les sections
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
63 Abonnés
Calendrier
Les nouvelles
jpg/Icone_nouvelles/Rail_a_Defendre.jpgRail à défendre 12 - le 23/04/2018 11h16

C’est pas à nous de plier, On lâche rien et on va gagner !

Macron a été contraint de prendre le relais de sa ministre des transports et de son premier ministre… Maintenant il n’a plus personne à qui le transmettre ! Il refuse aujourd’hui de s’exposer avec son premier ministre dans le cadre d’une vraie négociation transparente. C’est réfugié dans le mensonge et une posture méprisante à l’égard des cheminots qu’il affirme que le contenu du projet de loi est bon pour les cheminots et les usagers ! C’est totalement faux !

confused Ils ont abrogé le décret « statut des cheminots » et veulent le remplacer par un accord d’entreprise au rabais à négocier plus tard !

confused Ils annoncent la filialisation du Fret !

confused Ils veulent transformer les EPIC en une société anonyme et des filiales, dont les actions ne seront pas incessibles et créer les conditions d’une privatisation rapide

confused Les cheminots seraient transférés en perdant la quasi-totalité du statut

confused Les facilités de circulation ne seraient plus maintenues, elles devront être négociées avec chaque entreprise

confused Les mécanismes de financement du réseau conduiront à supprimer les lignes les moins rentables et à augmenter les tarifs

Gardons l’avantage !

La stratégie du gouvernement s’est de se débarrasser des sujets qui rassemblent et peuvent le faire plier. La réforme SNCF en fait partie ! Mais gouvernement et patrons ont abattu leurs dernières cartes en annonçant qu’une négociation allait s’ouvrir conjointement avec le syndicat patronal au niveau de la branche et avec la direction SNCF au niveau de l’entreprise. Les fédérations en grève ne sont pas tombées dans le piège, elles savent qu’en réalité cela ne changera rien, et ne vise qu’à pouvoir annoncer « la fin de la grève », et chaque jour stigmatiser un peu plus les grévistes !

Ils agissent ainsi parce qu’ils ont peur !

On va tous s’y mettre et au contraire de l’essoufflement qu’ils espèrent, nous allons montrer notre détermination, et notre solidarité en renforçant la grève pour les obliger à répondre à nos revendications ! La légitimité est de notre côté, pas question d’abandonner nos revendications pour l’avenir du service public ferroviaire !

Le gouvernement n’a pas reculé sur son projet de contre réforme, et après 5 semaines de concertation, il revient même sur certains de ses engagements : le statut ne sera pas maintenu pour les cheminots non transférés, le capital de la société par actions ne sera pas incessible et le FRET sera filialisé ! Maintenant ils souhaitent que nous allions négocier avec les patrons ce qu’ils veulent bien nous laisser ! la fédération SUD-Rail n’ira pas négocier la longueur de la corde !

On continue et on renforce La grève !

Les Fédérations SUD-Rail, CGT, UNSA, CFDT réunis en interfédérale, ont lancé un appel à renforcer la grève, ont mis fin à la concertation avec la ministre des transports. Il va falloir maintenant que Macron et Philippe entendent les revendications des grévistes parce que tant qu’ils n’y répondront pas, nous continuerons !

La Fédération SUD-Rail continuera de porter les revendications des grévistes, mises en avant par les assemblées générales, dans le prolongement de la plate- forme interfédérale unitaire. Nous pensons qu’il faut maintenant désorganiser encore plus la production et débattre dans les AG des modalités pour peser davantage et faire plier le gouvernement.

Le préavis de grève reconductible SUD-Rail permet à chacun de gérer sa grève et de s’inscrire dans les initiatives qui seront décidées dans les AG.

La grève s’étend à tous les secteurs

La convergence des luttes gagne du terrain, les salariés se sentent plus fort rassemblés dans un front de lutte face à un gouvernement qui y va au pas de charge pour détruire nos droits, supprimer nos acquis et nous priver de nos libertés !

Le gouvernement n’entend rien, oppose toujours les mêmes arguments réactionnaires et les mêmes méthodes de pourrissement des conflits et attaque les résistances à coups de matraque que ce soit à Notre Dame Des Landes, dans les universités, avec les cheminots ou face à toutes oppositions ! Mais il nous rend plus forts à chaque fois qu’il nous frappe, nous méprise et s’enfonce un peu plus dans un véritable déni de démocratie !

Partout la solidarité s’organise : des comités de grévistes, d’usagers, des unions interprofessionnelles Solidaires ou CGT appellent à la convergence et montrent que notre grève est aussi une grève pour le service public ferroviaire dont toute la population a besoin, que notre grève se développe et s’enracine dans tous les secteurs publics, privés, étudiants et chez les retraités.

unis on va gagner !

A la SNCF, dans les FACS et dans tous les secteurs,

C’est aux grévistes de décider des suites de leur grève !

eek [Télécharger le tract n°12]

Lire la suite Lire la suite

C’est pas à nous de plier, On lâche rien et on va gagner !

Macron a été contraint de prendre le relais de sa ministre des transports et de son premier ministre… Maintenant il n’a plus personne à qui le transmettre ! Il refuse aujourd’hui de s’exposer avec son premier ministre dans le cadre d’une vraie négociation transparente. C’est réfugié dans le mensonge et une posture méprisante à l’égard des cheminots qu’il affirme que le contenu du projet de loi est bon pour les cheminots et les usagers ! C’est totalement faux !

confused Ils ont abrogé le décret « statut des cheminots » et veulent le remplacer par un accord d’entreprise au rabais à négocier plus tard !

confused Ils annoncent la filialisation du Fret !

confused Ils veulent transformer les EPIC en une société anonyme et des filiales, dont les actions ne seront pas incessibles et créer les conditions d’une privatisation rapide

confused Les cheminots seraient transférés en perdant la quasi-totalité du statut

confused Les facilités de circulation ne seraient plus maintenues, elles devront être négociées avec chaque entreprise

confused Les mécanismes de financement du réseau conduiront à supprimer les lignes les moins rentables et à augmenter les tarifs

Gardons l’avantage !

La stratégie du gouvernement s’est de se débarrasser des sujets qui rassemblent et peuvent le faire plier. La réforme SNCF en fait partie ! Mais gouvernement et patrons ont abattu leurs dernières cartes en annonçant qu’une négociation allait s’ouvrir conjointement avec le syndicat patronal au niveau de la branche et avec la direction SNCF au niveau de l’entreprise. Les fédérations en grève ne sont pas tombées dans le piège, elles savent qu’en réalité cela ne changera rien, et ne vise qu’à pouvoir annoncer « la fin de la grève », et chaque jour stigmatiser un peu plus les grévistes !

Ils agissent ainsi parce qu’ils ont peur !

On va tous s’y mettre et au contraire de l’essoufflement qu’ils espèrent, nous allons montrer notre détermination, et notre solidarité en renforçant la grève pour les obliger à répondre à nos revendications ! La légitimité est de notre côté, pas question d’abandonner nos revendications pour l’avenir du service public ferroviaire !

Le gouvernement n’a pas reculé sur son projet de contre réforme, et après 5 semaines de concertation, il revient même sur certains de ses engagements : le statut ne sera pas maintenu pour les cheminots non transférés, le capital de la société par actions ne sera pas incessible et le FRET sera filialisé ! Maintenant ils souhaitent que nous allions négocier avec les patrons ce qu’ils veulent bien nous laisser ! la fédération SUD-Rail n’ira pas négocier la longueur de la corde !

On continue et on renforce La grève !

Les Fédérations SUD-Rail, CGT, UNSA, CFDT réunis en interfédérale, ont lancé un appel à renforcer la grève, ont mis fin à la concertation avec la ministre des transports. Il va falloir maintenant que Macron et Philippe entendent les revendications des grévistes parce que tant qu’ils n’y répondront pas, nous continuerons !

La Fédération SUD-Rail continuera de porter les revendications des grévistes, mises en avant par les assemblées générales, dans le prolongement de la plate- forme interfédérale unitaire. Nous pensons qu’il faut maintenant désorganiser encore plus la production et débattre dans les AG des modalités pour peser davantage et faire plier le gouvernement.

Le préavis de grève reconductible SUD-Rail permet à chacun de gérer sa grève et de s’inscrire dans les initiatives qui seront décidées dans les AG.

La grève s’étend à tous les secteurs

La convergence des luttes gagne du terrain, les salariés se sentent plus fort rassemblés dans un front de lutte face à un gouvernement qui y va au pas de charge pour détruire nos droits, supprimer nos acquis et nous priver de nos libertés !

Le gouvernement n’entend rien, oppose toujours les mêmes arguments réactionnaires et les mêmes méthodes de pourrissement des conflits et attaque les résistances à coups de matraque que ce soit à Notre Dame Des Landes, dans les universités, avec les cheminots ou face à toutes oppositions ! Mais il nous rend plus forts à chaque fois qu’il nous frappe, nous méprise et s’enfonce un peu plus dans un véritable déni de démocratie !

Partout la solidarité s’organise : des comités de grévistes, d’usagers, des unions interprofessionnelles Solidaires ou CGT appellent à la convergence et montrent que notre grève est aussi une grève pour le service public ferroviaire dont toute la population a besoin, que notre grève se développe et s’enracine dans tous les secteurs publics, privés, étudiants et chez les retraités.

unis on va gagner !

A la SNCF, dans les FACS et dans tous les secteurs,

C’est aux grévistes de décider des suites de leur grève !

eek [Télécharger le tract n°12]

Fermer Fermer


jpg/Icone_nouvelles/Rail_a_Defendre.jpgRail à défendre 11 - le 23/04/2018 11h02

Ils se moquent de nous ! Ils trichent ! Ils mentent ! Renforçons la grève, ils ne comprennent que ça !

Alors que le gouvernement se démène à expliquer que le découpage de SNCF en 3 Sociétés Anonymes par actions ne remet pas en cause la qualité publique de SNCF ; que dans le même temps, sa majorité présidentielle au parlement rejette un amendement garantissant la qualité « incessible » de ces mêmes SA ; direction SNCF et gouvernement continuent la vente à la découpe des activités de l’entreprise publique. À peine une semaine après avoir annoncé la filialisation des gares, ce sont les mêmes qui aujourd’hui annoncent que le transport de marchandises par rail sera également sacrifié sur l’autel du dogme présidentiel !

Filialisation des gares, filialisation du Fret… Mensonge sur le statut public de la SNCF !

On ne compte plus les coups bas, les mensonges et les faux semblants qui sont aujourd’hui délivrés par le gouvernement et la direction de l’entreprise…. Petit florilège :

1. Les cheminots en place garderont leur statut. FAUX.jpg

La ministre a annoncé que le décret qui fait le statut sera abrogé et que ces garanties jusqu’ici accréditées par la loi feront l’objet de négociations dans le cadre d’un accord d’entreprise. La direction a déjà annoncé qu’elle souhaitait, dans le cadre de ces négociations, remettre en cause plusieurs chapitres du statut !

2. La SNCF restera une entreprise publique. FAUX.jpg

A grand renfort de communication, le gouvernement a tenté de rassurer les cheminots sur le caractère public de l’entreprise, mais lors des débats à l’Assemblée Nationale, la majorité présidentielle a annulé le caractère « incessible » des actions des futures Sociétés Anonymes… Flagrant délit de mensonges !

3. Le transfert se fera sur la base du volontariat. FAUX.jpg

Lors d’un appel d’offres perdu par SNCF, c’est l’entreprise concurrente qui établira la liste des cheminots concernés par le transfert. Ceux-ci seront interrogés, mais si le nombre de volontaires ne suffit pas, les cheminots nécessaires à la réalisation du contrat seront considérés comme transférés d’office et en cas de refus, considérés comme démissionnaire ! C’est le volontariat le pistolet sur la tempe !

4. Les cheminots transférés garderont le statut. FAUX.jpg

La ministre et les sbires du gouvernement se précipitent pour déclarer que les cheminots transférés garderont le bénéfice du statut, alors qu’au-delà des dispositions prévues par le droit commun, donc 15 mois, rien de spécifique n’est prévu, le gouvernement renvoyant ces dispositions à un hypothétique accord avec les patrons !

Pour les grévistes, ces mensonges et cette désinformation sont inacceptables !

La Fédération SUD-Rail appelle à élargir la lutte, à participer à toutes les actions pour faire grandir le rapport de force ! Les cheminots et leurs O.S doivent refuser les négociations avec les patrons et obtenir du gouvernement le retrait du pacte ferroviaire, les garanties sur l’avenir des cheminots et de l’entreprise publique ! C’est aujourd’hui la seule garantie acceptable par les grévistes !

Le 19 avril, en Grève Générale et en manifestation ! Amplifions et coordonnons les mobilisations sociales !

Les mobilisations actuelles se renforcent et s’étendent dans le rail, dans les universités, les hôpitaux, aux finances publiques, dans une partie croissante des services publics, mais aussi dans le secteur privé. Chaque secteur a ses propres revendications. Nous savons que face à ce gouvernement, c’est un mouvement de convergence concrète des luttes qui nous permettra de gagner et pour cela, il faut renforcer chacune de nos luttes.

Le jeudi 19 avril est une étape dans la construction de mobilisations pour renforcer les luttes dans les entreprises, les administrations, les services et pour continuer à construire le rapport de force qui nous permettra de faire plier ce gouvernement. Le recours croissant à la violence contre les manifestant-e-s et en particulier contre la jeunesse, ne pourra pas contrer la détermination de celles et ceux qui sont entré-e-s en lutte !

Le 19 avril 2018, dans les rassemblements et dans les manifestations interprofessionnels, faisons entendre notre voix et unifions nos luttes.

Partout, proposons la Grève Générale… Le 19 dans la rue, Le 20 on continue, Et nous allons gagner !!

eek [Télécharger le tract n°11]

Lire la suite Lire la suite

Ils se moquent de nous ! Ils trichent ! Ils mentent ! Renforçons la grève, ils ne comprennent que ça !

Alors que le gouvernement se démène à expliquer que le découpage de SNCF en 3 Sociétés Anonymes par actions ne remet pas en cause la qualité publique de SNCF ; que dans le même temps, sa majorité présidentielle au parlement rejette un amendement garantissant la qualité « incessible » de ces mêmes SA ; direction SNCF et gouvernement continuent la vente à la découpe des activités de l’entreprise publique. À peine une semaine après avoir annoncé la filialisation des gares, ce sont les mêmes qui aujourd’hui annoncent que le transport de marchandises par rail sera également sacrifié sur l’autel du dogme présidentiel !

Filialisation des gares, filialisation du Fret… Mensonge sur le statut public de la SNCF !

On ne compte plus les coups bas, les mensonges et les faux semblants qui sont aujourd’hui délivrés par le gouvernement et la direction de l’entreprise…. Petit florilège :

1. Les cheminots en place garderont leur statut. FAUX.jpg

La ministre a annoncé que le décret qui fait le statut sera abrogé et que ces garanties jusqu’ici accréditées par la loi feront l’objet de négociations dans le cadre d’un accord d’entreprise. La direction a déjà annoncé qu’elle souhaitait, dans le cadre de ces négociations, remettre en cause plusieurs chapitres du statut !

2. La SNCF restera une entreprise publique. FAUX.jpg

A grand renfort de communication, le gouvernement a tenté de rassurer les cheminots sur le caractère public de l’entreprise, mais lors des débats à l’Assemblée Nationale, la majorité présidentielle a annulé le caractère « incessible » des actions des futures Sociétés Anonymes… Flagrant délit de mensonges !

3. Le transfert se fera sur la base du volontariat. FAUX.jpg

Lors d’un appel d’offres perdu par SNCF, c’est l’entreprise concurrente qui établira la liste des cheminots concernés par le transfert. Ceux-ci seront interrogés, mais si le nombre de volontaires ne suffit pas, les cheminots nécessaires à la réalisation du contrat seront considérés comme transférés d’office et en cas de refus, considérés comme démissionnaire ! C’est le volontariat le pistolet sur la tempe !

4. Les cheminots transférés garderont le statut. FAUX.jpg

La ministre et les sbires du gouvernement se précipitent pour déclarer que les cheminots transférés garderont le bénéfice du statut, alors qu’au-delà des dispositions prévues par le droit commun, donc 15 mois, rien de spécifique n’est prévu, le gouvernement renvoyant ces dispositions à un hypothétique accord avec les patrons !

Pour les grévistes, ces mensonges et cette désinformation sont inacceptables !

La Fédération SUD-Rail appelle à élargir la lutte, à participer à toutes les actions pour faire grandir le rapport de force ! Les cheminots et leurs O.S doivent refuser les négociations avec les patrons et obtenir du gouvernement le retrait du pacte ferroviaire, les garanties sur l’avenir des cheminots et de l’entreprise publique ! C’est aujourd’hui la seule garantie acceptable par les grévistes !

Le 19 avril, en Grève Générale et en manifestation ! Amplifions et coordonnons les mobilisations sociales !

Les mobilisations actuelles se renforcent et s’étendent dans le rail, dans les universités, les hôpitaux, aux finances publiques, dans une partie croissante des services publics, mais aussi dans le secteur privé. Chaque secteur a ses propres revendications. Nous savons que face à ce gouvernement, c’est un mouvement de convergence concrète des luttes qui nous permettra de gagner et pour cela, il faut renforcer chacune de nos luttes.

Le jeudi 19 avril est une étape dans la construction de mobilisations pour renforcer les luttes dans les entreprises, les administrations, les services et pour continuer à construire le rapport de force qui nous permettra de faire plier ce gouvernement. Le recours croissant à la violence contre les manifestant-e-s et en particulier contre la jeunesse, ne pourra pas contrer la détermination de celles et ceux qui sont entré-e-s en lutte !

Le 19 avril 2018, dans les rassemblements et dans les manifestations interprofessionnels, faisons entendre notre voix et unifions nos luttes.

Partout, proposons la Grève Générale… Le 19 dans la rue, Le 20 on continue, Et nous allons gagner !!

eek [Télécharger le tract n°11]

Fermer Fermer


jpg/Icone_nouvelles/Rail_a_Defendre.jpgRail à défendre 10 - le 23/04/2018 10h40

Le 19 avril, Grève Générale ! Le 20 avril, on continue !

Recours aux violences physiques, casse des services publics, suppression des acquis sociaux, chasse à l’homme : avec Macron, la France va devenir le pays des droits des riches et des puissants !

Matraquage médiatique, violences corporelles… on est loin de l’image que s’est donné M. Macron qui se présentait ni de gauche, ni de droite, et devait en finir avec les vieilles pratiques et moraliser la vie politique.

Interview BFM TV – RMC – Médiapart du président

Macron n’est pas en MARCHE, mais en FORCE !!

M. Macron a tenté de diviser les mouvements, craignant à juste titre une convergence. Il a indiqué qu’il irait au bout de la réforme ferroviaire et reprendrait partiellement la dette en suivant le rythme de la réforme de la SNCF ! En clair… on change le statut de l’entreprise, on supprime celui des cheminots, on ouvre à la concurrence, on transfère les cheminots… et après, on injecte de l’argent public pour faire rentrer un maximum d’opérateurs privés !!!

Macron et Philippe tentent de passer EN FORCE, en quelques mois, les contre-réformes les plus pénalisantes pour les actifs, les étudiants et les retraités, en rupture totale avec les attentes de toutes et tous, et nous privant de nos droits et libertés fondamentales !!

La loi Travail XXL, la destruction du Code du Travail, les passages en force par ordonnances, les mesures d’état d’urgence, les exonérations fiscales pour les plus riches, la suppression des services publics, la privation de nos libertés, la sélection à tous les niveaux dès la naissance, dans les parcours scolaires et tout au long de la vie… on n’en veut pas !

Nous ne les laisserons pas vendre la SNCF et les cheminots… Nous ne sommes pas leurs esclaves !!!

M. Macron est aux ordres des patrons et un fidèle soldat du mondialisme et de l’ultra-libéralisation :

Il a joué, il a triché, il a perdu et maintenant, il doit partir !

De Gaulle – Pompidou en 1968, Chirac – Juppé en 1995, Macron – Philippe en 2018,

c’est la grève générale qui a déstabilisé les gouvernements, c’est la grève générale qui a permis que la lutte des classes s’inverse aux dépens des classes dominantes, c’est la grève générale qui a permis d’imposer des accords

Pour une augmentation des salaires, une réduction du temps de travail, un abaissement de l’âge de la retraite, le renforcement des services publics, l’égalité d’accès aux études supérieures, l’égalité entre les femmes et les hommes, la condamnation des discriminations, une SNCF entièrement publique !!!

Grève Générale le 19 avril !

et après on continue, on ne s’arrête plus, ce n’est pas à nous de renoncer, mais au gouvernement de nous écouter !

eek [Télécharger le tract n°10]

Lire la suite Lire la suite

Le 19 avril, Grève Générale ! Le 20 avril, on continue !

Recours aux violences physiques, casse des services publics, suppression des acquis sociaux, chasse à l’homme : avec Macron, la France va devenir le pays des droits des riches et des puissants !

Matraquage médiatique, violences corporelles… on est loin de l’image que s’est donné M. Macron qui se présentait ni de gauche, ni de droite, et devait en finir avec les vieilles pratiques et moraliser la vie politique.

Interview BFM TV – RMC – Médiapart du président

Macron n’est pas en MARCHE, mais en FORCE !!

M. Macron a tenté de diviser les mouvements, craignant à juste titre une convergence. Il a indiqué qu’il irait au bout de la réforme ferroviaire et reprendrait partiellement la dette en suivant le rythme de la réforme de la SNCF ! En clair… on change le statut de l’entreprise, on supprime celui des cheminots, on ouvre à la concurrence, on transfère les cheminots… et après, on injecte de l’argent public pour faire rentrer un maximum d’opérateurs privés !!!

Macron et Philippe tentent de passer EN FORCE, en quelques mois, les contre-réformes les plus pénalisantes pour les actifs, les étudiants et les retraités, en rupture totale avec les attentes de toutes et tous, et nous privant de nos droits et libertés fondamentales !!

La loi Travail XXL, la destruction du Code du Travail, les passages en force par ordonnances, les mesures d’état d’urgence, les exonérations fiscales pour les plus riches, la suppression des services publics, la privation de nos libertés, la sélection à tous les niveaux dès la naissance, dans les parcours scolaires et tout au long de la vie… on n’en veut pas !

Nous ne les laisserons pas vendre la SNCF et les cheminots… Nous ne sommes pas leurs esclaves !!!

M. Macron est aux ordres des patrons et un fidèle soldat du mondialisme et de l’ultra-libéralisation :

Il a joué, il a triché, il a perdu et maintenant, il doit partir !

De Gaulle – Pompidou en 1968, Chirac – Juppé en 1995, Macron – Philippe en 2018,

c’est la grève générale qui a déstabilisé les gouvernements, c’est la grève générale qui a permis que la lutte des classes s’inverse aux dépens des classes dominantes, c’est la grève générale qui a permis d’imposer des accords

Pour une augmentation des salaires, une réduction du temps de travail, un abaissement de l’âge de la retraite, le renforcement des services publics, l’égalité d’accès aux études supérieures, l’égalité entre les femmes et les hommes, la condamnation des discriminations, une SNCF entièrement publique !!!

Grève Générale le 19 avril !

et après on continue, on ne s’arrête plus, ce n’est pas à nous de renoncer, mais au gouvernement de nous écouter !

eek [Télécharger le tract n°10]

Fermer Fermer


Les cheminots en grève, Solidaires à l'appel de l'Etablissement Français du Sang

Ce mercredi 18 avril 2018 vers 10h00, les cheminots de Rouen et Sotteville, sur proposition de l’intersyndicale CGT, UNSA, SUD-Rail, FO initient une action citoyenne et feront preuve de solidarité en se dirigeant vers l’établissement Français du sang (EFS) de Rouen Saint-Sever pour faire don de leur sang.

Sensibles aux besoins de la nation, les cheminots en grève ont entendu l'alerte de L’EFS sur le faible niveau des réserves, et y répondent avec leur coeur.

Lire la suite Lire la suite

Les cheminots en grève, Solidaires à l'appel de l'Etablissement Français du Sang

Ce mercredi 18 avril 2018 vers 10h00, les cheminots de Rouen et Sotteville, sur proposition de l’intersyndicale CGT, UNSA, SUD-Rail, FO initient une action citoyenne et feront preuve de solidarité en se dirigeant vers l’établissement Français du sang (EFS) de Rouen Saint-Sever pour faire don de leur sang.

Sensibles aux besoins de la nation, les cheminots en grève ont entendu l'alerte de L’EFS sur le faible niveau des réserves, et y répondent avec leur coeur.

Fermer Fermer


jpg/Icone_nouvelles/Code_claque.jpgMacron nous tabasse! - le 16/04/2018 00h57

Macron n’est pas au service de toutes et tous !

IL NOUS TABASSE !

 

Recours aux violences physiques, casse des services publics, suppression des acquis sociaux, chasse à l’homme dans les ZAD ou les Universités : Avec Macron, la France devient le pays des droits des riches et des puissants !

 

Matraquage médiatique, violences corporelles, on est loin de l’image que s’est donnée M. Macron qui ne se présentait ni de gauche, ni de droite, et devait en finir avec les vieilles pratiques et moraliser la vie politique.

 

Cette nuit encore, à Tolbiac et à la Sorbonne, la France d’en haut a donné l’ordre de bastonner ceux qui ne sont pas d’accord avec elle et l’exprimant pacifiquement.

Macron et Philippe ont réussi à faire passer en quelques mois les contre réformes les plus pénalisantes pour les actifs, étudiants et retraités en rupture totale avec les attentes de toutes et tous, et nous privant de nos droits et libertés fondamentales !!

 

La Loi Travail XXL, la destruction du Code du Travail, les passages en force par ordonnances, les mesures d’état d’urgence, les exonérations fiscales pour les plus riches, la suppression des services publics, la privation de nos libertés, la sélection à tous les niveaux dès la naissance, dans les parcours scolaires et tout au long de la vie… On n’en veut pas !!

 

Maintenant ça suffit !

M. Macron est aux ordres des patrons et fidèle soldat du mondialisme et de l’ultra-libéralisation :

Il a joué, il a triché, il a perdu et maintenant, il doit partir !

 

      De Gaulle-Pompidou en 1968, Chirac-Juppé en 1995, Macron-Philippe en 2018,

C’est la grève générale qui a déstabilisé les gouvernements, c’est la grève générale qui a permis que la lutte des classes s’inverse aux dépens des classes dominantes, c’est la grève générale qui a permis d’imposer des accords.

                                                   

Pour une augmentation des salaires, une réduction du temps de travail, un abaissement de l’âge de la retraite, le renforcement des services publics, l’égalité d’accès aux études supérieures, l’égalité entre les femmes et les hommes, la condamnation des discriminations !!!

 

Grève Générale le 19 avril !!

 

 Et après on continue, on ne sarrête plus. Ce nest pas à nous de renoncer, mais au gouvernement de nous écouter !

Lire la suite Lire la suite

Macron n’est pas au service de toutes et tous !

IL NOUS TABASSE !

 

Recours aux violences physiques, casse des services publics, suppression des acquis sociaux, chasse à l’homme dans les ZAD ou les Universités : Avec Macron, la France devient le pays des droits des riches et des puissants !

 

Matraquage médiatique, violences corporelles, on est loin de l’image que s’est donnée M. Macron qui ne se présentait ni de gauche, ni de droite, et devait en finir avec les vieilles pratiques et moraliser la vie politique.

 

Cette nuit encore, à Tolbiac et à la Sorbonne, la France d’en haut a donné l’ordre de bastonner ceux qui ne sont pas d’accord avec elle et l’exprimant pacifiquement.

Macron et Philippe ont réussi à faire passer en quelques mois les contre réformes les plus pénalisantes pour les actifs, étudiants et retraités en rupture totale avec les attentes de toutes et tous, et nous privant de nos droits et libertés fondamentales !!

 

La Loi Travail XXL, la destruction du Code du Travail, les passages en force par ordonnances, les mesures d’état d’urgence, les exonérations fiscales pour les plus riches, la suppression des services publics, la privation de nos libertés, la sélection à tous les niveaux dès la naissance, dans les parcours scolaires et tout au long de la vie… On n’en veut pas !!

 

Maintenant ça suffit !

M. Macron est aux ordres des patrons et fidèle soldat du mondialisme et de l’ultra-libéralisation :

Il a joué, il a triché, il a perdu et maintenant, il doit partir !

 

      De Gaulle-Pompidou en 1968, Chirac-Juppé en 1995, Macron-Philippe en 2018,

C’est la grève générale qui a déstabilisé les gouvernements, c’est la grève générale qui a permis que la lutte des classes s’inverse aux dépens des classes dominantes, c’est la grève générale qui a permis d’imposer des accords.

                                                   

Pour une augmentation des salaires, une réduction du temps de travail, un abaissement de l’âge de la retraite, le renforcement des services publics, l’égalité d’accès aux études supérieures, l’égalité entre les femmes et les hommes, la condamnation des discriminations !!!

 

Grève Générale le 19 avril !!

 

 Et après on continue, on ne sarrête plus. Ce nest pas à nous de renoncer, mais au gouvernement de nous écouter !

Fermer Fermer


MARDI 17 AVRIL, Rassemblement devant le ministère:

rolleyes 12H00 : début de rassemblement au "métro rue du bac" dans le 7ème Arrondissement, à 200m du ministère au N°40 .

rolleyes 12h30 : Prise de Parole de la délégation qui va à la rencontre de la Ministre.

rolleyes 13h30 : Notre délégation rencontre la Ministre

rolleyes 14h00 : Départ du cortège des manifestants en direction de la gare Montparnasse .

rolleyes Vers 16h30: dispersion au "34 rue du Commandant Mouchotte" (abords immédiats de la Gare Montparnasse) .

Pourquoi cette mobilisation? Mardi 17 avril le projet de loi du pacte ferroviaire que nous combattons depuis des semaines est proposé au vote à l'Assemblée Nationale. 

Ce même jour, la fédération SUD-Rail a reçu une invitation à rencontrer la ministre des transports à 13h30, sur le thème de la modernisation sociale et la contractualisation du secteur ferroviaire.

Afin de montrer au gouvernement quel est le niveau de détermination des cheminots, SUD-Rail appelle au rassemblement devant le ministère, puis une manifestation en direction de Montparnasse qui se terminera devant le siège de Mobilités Rue du Cdt Mouchotte.

Une délégation ira à cette invitation de la ministre pour lui lire une déclaration, avant de quitter la rencontre.

Soyons nombreux à participer à ce moment important de lutte contre cette réforme du système ferroviaire.

Lire la suite Lire la suite

MARDI 17 AVRIL, Rassemblement devant le ministère:

rolleyes 12H00 : début de rassemblement au "métro rue du bac" dans le 7ème Arrondissement, à 200m du ministère au N°40 .

rolleyes 12h30 : Prise de Parole de la délégation qui va à la rencontre de la Ministre.

rolleyes 13h30 : Notre délégation rencontre la Ministre

rolleyes 14h00 : Départ du cortège des manifestants en direction de la gare Montparnasse .

rolleyes Vers 16h30: dispersion au "34 rue du Commandant Mouchotte" (abords immédiats de la Gare Montparnasse) .

Pourquoi cette mobilisation? Mardi 17 avril le projet de loi du pacte ferroviaire que nous combattons depuis des semaines est proposé au vote à l'Assemblée Nationale. 

Ce même jour, la fédération SUD-Rail a reçu une invitation à rencontrer la ministre des transports à 13h30, sur le thème de la modernisation sociale et la contractualisation du secteur ferroviaire.

Afin de montrer au gouvernement quel est le niveau de détermination des cheminots, SUD-Rail appelle au rassemblement devant le ministère, puis une manifestation en direction de Montparnasse qui se terminera devant le siège de Mobilités Rue du Cdt Mouchotte.

Une délégation ira à cette invitation de la ministre pour lui lire une déclaration, avant de quitter la rencontre.

Soyons nombreux à participer à ce moment important de lutte contre cette réforme du système ferroviaire.

Fermer Fermer


jpg/Icone_nouvelles/Rail_a_Defendre.jpgRail à défendre 9-bis - le 12/04/2018 23h00

L’intervention de Macron n’a toujours rien à voir avec les revendications des grévistes.

Il y a eu beaucoup d’agitations médiatiques ces derniers jours, autour de l’intervention de Macron qui dans une allocution très courte sur le conflit social à la SNCF a démontré sa méconnaissance du sujet et réaffirmé sa volonté de casser tout esprit de résistance.

Mensonges et chantages pourraient résumer l’intervention de M. Macron !

1- Le chef de l’état a dénoncé les conséquences de l’éclatement de l’entreprise et propose pour la réunifier de la découper en une Holding et 3 sociétés anonymes par actions.

2- M. Macron a aussi été pris en flagrant délit de mensonge en mettant en avant le statut comme responsable de tous les maux et sa suppression comme solution au désendettement de la SNCF.

3- Il a enfin réaffirmé :

- Qu’il irait jusqu’au bout de cette réforme, que ce soit sur ces sujets ou sur la suppression du décret du 11 juin 1950 « Le statut des relations collectives entre la SNCF et le personnel » annoncé par la ministre des transports. C’est la fin du statut pour tous les cheminots, qui sera remplacé par un accord d’entreprise complétant l’accord de branche… C’est un véritable mensonge qu’on sert aux cheminots pour qu’ils arrêtent le conflit !

- que la dette ne serait à regarder qu’en fonction des transformations à venir de l’entreprise, et de la productivité réalisé…. Valls avait fait le même coup en 2014 !

Pinoccio.jpgLes revendications portées par les grévistes depuis le 02 avril au soir, demeurent !

C’est dans la grève, dans les manifestations, les actions unitaires qu’il faut

faire entendre notre voix pour le retrait de ce projet et imposer une autre réforme ferroviaire

Pour les grévistes, les revendications n’ont pas changé !!

● Le maintien du statut des cheminots ainsi que ceux qui les remplaceront dans l’avenir

● Réunification des 3 EPIC (Etablissements publics) en un seul

● Retrait du pacte ferroviaire et ouverture de négociations au niveau de la branche pour la mise en place d’un cadre social de haut niveau pour tous les travailleurs du rail, celui des cheminots.

● Retour à une organisation de la production unifiée, en mettant fin à la gestion cloisonnée par activités.

● Reprise de sa dette par l’État, qui n’est autre qu’une dépense d’aménagement du territoire.

● Rééquilibrage entre modes de transport, avec une répartition des moyens en faveur du ferroviaire FRET et Voyageurs.

La Fédération SUD-Rail appelle à maintenir l’unité syndicale, à élargir la lutte, à participer à toutes les actions pour faire grandir le rapport de force, soutien toutes les luttes et appelle à gagner cette convergence qui nous permettra de faire plier le gouvernement !

rolleyes Le 17 Avril : Nous ne les laisserons pas voter le projet de loi ferroviaire sans réaction. Pour ce faire, les syndicats SUD-Rail organiseront des rassemblements dans toutes les régions, qu’ils proposeront dans un cadre élargi répondant aux attentes de toute une nation, qui au travers du service public ferroviaire défend une liberté fondamentale, le droit d’aller et venir.

rolleyes Le 19 Avril : C’est aussi cette liberté de choix que défendent les étudiants en grève dans les universités, les hospitaliers, les zadistes ou encore les salariés en lutte lorsqu’ils réclament le maintien de leurs droits comme les cheminots. C’est encore ce que nous défendrons en appelant à faire converger les luttes dans le cadre de l’appel à la grève générale interprofessionnelle le 19 avril.

Le 17 avril et 19 avril dans les rassemblements et dans les manifestations interprofessionnelles faisons entendre notre voix, unifions nos luttes et nous allons gagner !!

eek [Télécharger le tract n°9Bis]

Lire la suite Lire la suite

L’intervention de Macron n’a toujours rien à voir avec les revendications des grévistes.

Il y a eu beaucoup d’agitations médiatiques ces derniers jours, autour de l’intervention de Macron qui dans une allocution très courte sur le conflit social à la SNCF a démontré sa méconnaissance du sujet et réaffirmé sa volonté de casser tout esprit de résistance.

Mensonges et chantages pourraient résumer l’intervention de M. Macron !

1- Le chef de l’état a dénoncé les conséquences de l’éclatement de l’entreprise et propose pour la réunifier de la découper en une Holding et 3 sociétés anonymes par actions.

2- M. Macron a aussi été pris en flagrant délit de mensonge en mettant en avant le statut comme responsable de tous les maux et sa suppression comme solution au désendettement de la SNCF.

3- Il a enfin réaffirmé :

- Qu’il irait jusqu’au bout de cette réforme, que ce soit sur ces sujets ou sur la suppression du décret du 11 juin 1950 « Le statut des relations collectives entre la SNCF et le personnel » annoncé par la ministre des transports. C’est la fin du statut pour tous les cheminots, qui sera remplacé par un accord d’entreprise complétant l’accord de branche… C’est un véritable mensonge qu’on sert aux cheminots pour qu’ils arrêtent le conflit !

- que la dette ne serait à regarder qu’en fonction des transformations à venir de l’entreprise, et de la productivité réalisé…. Valls avait fait le même coup en 2014 !

Pinoccio.jpgLes revendications portées par les grévistes depuis le 02 avril au soir, demeurent !

C’est dans la grève, dans les manifestations, les actions unitaires qu’il faut

faire entendre notre voix pour le retrait de ce projet et imposer une autre réforme ferroviaire

Pour les grévistes, les revendications n’ont pas changé !!

● Le maintien du statut des cheminots ainsi que ceux qui les remplaceront dans l’avenir

● Réunification des 3 EPIC (Etablissements publics) en un seul

● Retrait du pacte ferroviaire et ouverture de négociations au niveau de la branche pour la mise en place d’un cadre social de haut niveau pour tous les travailleurs du rail, celui des cheminots.

● Retour à une organisation de la production unifiée, en mettant fin à la gestion cloisonnée par activités.

● Reprise de sa dette par l’État, qui n’est autre qu’une dépense d’aménagement du territoire.

● Rééquilibrage entre modes de transport, avec une répartition des moyens en faveur du ferroviaire FRET et Voyageurs.

La Fédération SUD-Rail appelle à maintenir l’unité syndicale, à élargir la lutte, à participer à toutes les actions pour faire grandir le rapport de force, soutien toutes les luttes et appelle à gagner cette convergence qui nous permettra de faire plier le gouvernement !

rolleyes Le 17 Avril : Nous ne les laisserons pas voter le projet de loi ferroviaire sans réaction. Pour ce faire, les syndicats SUD-Rail organiseront des rassemblements dans toutes les régions, qu’ils proposeront dans un cadre élargi répondant aux attentes de toute une nation, qui au travers du service public ferroviaire défend une liberté fondamentale, le droit d’aller et venir.

rolleyes Le 19 Avril : C’est aussi cette liberté de choix que défendent les étudiants en grève dans les universités, les hospitaliers, les zadistes ou encore les salariés en lutte lorsqu’ils réclament le maintien de leurs droits comme les cheminots. C’est encore ce que nous défendrons en appelant à faire converger les luttes dans le cadre de l’appel à la grève générale interprofessionnelle le 19 avril.

Le 17 avril et 19 avril dans les rassemblements et dans les manifestations interprofessionnelles faisons entendre notre voix, unifions nos luttes et nous allons gagner !!

eek [Télécharger le tract n°9Bis]

Fermer Fermer


Macron entre mensonges et coups de com ratés !

Les déclarations du Président Macron au JT de 13h00 ce jour sont truffées d'approximations et de mensonges. En premier lieu, le Président justifie sa réforme par la nécessité et le respect de son programme. SUD-Rail fait le constat que la livraison clés en mains des services publics aux bailleurs de sa campagne n'était inscrite nulle part dans son programme. Quant à la nécessité de la réforme, rien dans la loi proposée n'est susceptible d'améliorer la qualité du service. Pire ; concernant la réorganisation et le changement de statut de l'entreprise, censés rendre plus efficace la SNCF et garantir son statut public, c'est aujourd'hui l'inverse qui est examiné au parlement avec comme projet: la création d'une holding détenant 3 Sociétés Anonymes par actions. Aucune réunification du système, donc. Idem sur le statut des cheminots, le présenter comme un frein à la compétitivité de notre entreprise relève de la mystification. Annoncer comme il l'a fait que seuls les nouveaux entrants seraient impactés est faux. La Ministre des Transports et le PDG de la SNCF ont tous deux confirmé la future abrogation du décret fixant le statut des personnels SNCF. Sur la dette, aucun engagement chiffré, aucun calendrier et des modalités techniques qui restent à définir. Donc, rien !!! ll est particulièrement méprisant de la part du Président de laisser penser que l'écrasante majorité des cheminots feraient grève pour rien en multipliant les contre-vérités. Les amendements validés ou en cours de discussion actuellement au parlement conduisent droit à la privatisation de la SNCF et à la fin du statut, quoi qu'il en dise.

Lire la suite Lire la suite

Macron entre mensonges et coups de com ratés !

Les déclarations du Président Macron au JT de 13h00 ce jour sont truffées d'approximations et de mensonges. En premier lieu, le Président justifie sa réforme par la nécessité et le respect de son programme. SUD-Rail fait le constat que la livraison clés en mains des services publics aux bailleurs de sa campagne n'était inscrite nulle part dans son programme. Quant à la nécessité de la réforme, rien dans la loi proposée n'est susceptible d'améliorer la qualité du service. Pire ; concernant la réorganisation et le changement de statut de l'entreprise, censés rendre plus efficace la SNCF et garantir son statut public, c'est aujourd'hui l'inverse qui est examiné au parlement avec comme projet: la création d'une holding détenant 3 Sociétés Anonymes par actions. Aucune réunification du système, donc. Idem sur le statut des cheminots, le présenter comme un frein à la compétitivité de notre entreprise relève de la mystification. Annoncer comme il l'a fait que seuls les nouveaux entrants seraient impactés est faux. La Ministre des Transports et le PDG de la SNCF ont tous deux confirmé la future abrogation du décret fixant le statut des personnels SNCF. Sur la dette, aucun engagement chiffré, aucun calendrier et des modalités techniques qui restent à définir. Donc, rien !!! ll est particulièrement méprisant de la part du Président de laisser penser que l'écrasante majorité des cheminots feraient grève pour rien en multipliant les contre-vérités. Les amendements validés ou en cours de discussion actuellement au parlement conduisent droit à la privatisation de la SNCF et à la fin du statut, quoi qu'il en dise.

Fermer Fermer


Manifestons le 14 avril, aux côtés des cheminots en grève

Pour le service public Pour la défense des conventions collectives et des statuts. Les Unions Départementales CGT, FORCE OUVRIERE, FSU et SOLIDAIRES de Seine Maritime se sont réunies le 11 avril 2018.

Les travailleurs du secteur public comme ceux du secteur privé sont confrontés aux mêmes politiques rétrogrades du gouvernement Macron qui souhaite en finir avec l’ensemble des protections et des acquis obtenus de hautes luttes. En pratique, c’est la casse du code du travail et des conventions collectives dans le secteur privé et les attaques contre les statuts et les missions dans le secteur public. Les retraités, les privés d’emploi et précaires, les lycéens et les étudiants sont eux aussi touchés de plein fouet par les mesures gouvernementales. Face à ces attaques, aucun secteur ne doit rester isolé. Il faut hausser le rapport de force en restant unis et déterminés sur nos revendications. Les cheminots avec les syndicats CGT, Solidaires, CFDT, UNSA, FO, ont engagé une puissante grève nationale depuis le 3 avril contre les diktats de Macron pour casser la SNCF et leur statut.

►Ils s’opposent à l’ouverture à la concurrence, qui signifie le bradage aux appétits du privé.

►Ils défendent 9000 km de petites lignes menacées de fermetures.

►Ils défendent le fret SNCF, facteur d’écologie et de sécurité pour toute la population.

►Ils défendent leur statut et refusent l’absence de droit et la précarisation que Macron veut imposer à tous les jeunes.

Ils ont raison, leur combat est le nôtre.

Les syndicats de cheminots de Rouen et de Dieppe ont lancé un appel à manifester avec les Usagers le 14 avril en affirmant : « Nous allons devoir nous battre ensemble ». CGT, FO, Solidaires, et FSU de Seine Maritime appellent tous les salariés, jeunes et retraités à rejoindre ces rassemblements, appellent tous leurs syndicats à organiser la solidarité aux côtés des cheminots ce jour-là et les suivants.

Le 14 avril nous réaffirmerons l’ensemble de nos revendications comme l’abrogation des lois Rebsamen, El Khomri et des ordonnances Macron, la défense des statuts et des conventions collectives, l’interdiction des licenciements et des suppressions de postes, l’augmentation générale des salaires, des traitements et des pensions, la défense de notre système de retraite, le refus de la réforme ferroviaire, de celle du baccalauréat de l’accès à l’université.

Il s’agira aussi de défendre les libertés syndicales et le droit de grève au moment où les pressions s’exercent contre la grève à la SNCF.

Rouen : 10h30 cours Clémenceau.

Dieppe : 10h30 devant la gare.

eek [Télécharger / lire le tract]

Lire la suite Lire la suite

Manifestons le 14 avril, aux côtés des cheminots en grève

Pour le service public Pour la défense des conventions collectives et des statuts. Les Unions Départementales CGT, FORCE OUVRIERE, FSU et SOLIDAIRES de Seine Maritime se sont réunies le 11 avril 2018.

Les travailleurs du secteur public comme ceux du secteur privé sont confrontés aux mêmes politiques rétrogrades du gouvernement Macron qui souhaite en finir avec l’ensemble des protections et des acquis obtenus de hautes luttes. En pratique, c’est la casse du code du travail et des conventions collectives dans le secteur privé et les attaques contre les statuts et les missions dans le secteur public. Les retraités, les privés d’emploi et précaires, les lycéens et les étudiants sont eux aussi touchés de plein fouet par les mesures gouvernementales. Face à ces attaques, aucun secteur ne doit rester isolé. Il faut hausser le rapport de force en restant unis et déterminés sur nos revendications. Les cheminots avec les syndicats CGT, Solidaires, CFDT, UNSA, FO, ont engagé une puissante grève nationale depuis le 3 avril contre les diktats de Macron pour casser la SNCF et leur statut.

►Ils s’opposent à l’ouverture à la concurrence, qui signifie le bradage aux appétits du privé.

►Ils défendent 9000 km de petites lignes menacées de fermetures.

►Ils défendent le fret SNCF, facteur d’écologie et de sécurité pour toute la population.

►Ils défendent leur statut et refusent l’absence de droit et la précarisation que Macron veut imposer à tous les jeunes.

Ils ont raison, leur combat est le nôtre.

Les syndicats de cheminots de Rouen et de Dieppe ont lancé un appel à manifester avec les Usagers le 14 avril en affirmant : « Nous allons devoir nous battre ensemble ». CGT, FO, Solidaires, et FSU de Seine Maritime appellent tous les salariés, jeunes et retraités à rejoindre ces rassemblements, appellent tous leurs syndicats à organiser la solidarité aux côtés des cheminots ce jour-là et les suivants.

Le 14 avril nous réaffirmerons l’ensemble de nos revendications comme l’abrogation des lois Rebsamen, El Khomri et des ordonnances Macron, la défense des statuts et des conventions collectives, l’interdiction des licenciements et des suppressions de postes, l’augmentation générale des salaires, des traitements et des pensions, la défense de notre système de retraite, le refus de la réforme ferroviaire, de celle du baccalauréat de l’accès à l’université.

Il s’agira aussi de défendre les libertés syndicales et le droit de grève au moment où les pressions s’exercent contre la grève à la SNCF.

Rouen : 10h30 cours Clémenceau.

Dieppe : 10h30 devant la gare.

eek [Télécharger / lire le tract]

Fermer Fermer


jpg/Icone_nouvelles/Rail_a_Defendre.jpgRail à défendre 9 - le 11/04/2018 11h24

Les grévistes ne veulent pas des amendements du gouvernement !

Le gouvernement veut faire croire que les amendements qu’il a déposés répondent aux revendications des cheminots en grève depuis le 3 avril.

Cela fait plusieurs semaines que le gouvernement tente une co-écriture de la future loi ferroviaire avec les organisations syndicales. La Fédération SUD-Rail a refusé tout arrangement avec le ministère ! Nous refusons de brader l’avenir des cheminots et de l’entreprise publique, et nous ne laisserons pas les patrons et leurs représentants décider à notre place.

Ce que nous portons auprès des patrons et du gouvernement, ce sont les revendications des cheminots en grève !

rolleyesLe statut pour les cheminots ainsi que ceux qui les remplaceront dans l’avenir ; il doit être amélioré et étendu aux contractuels, à la manutention et à la restauration ferroviaire.

rolleyesRéunification des 3 EPIC en un seul, ce qui permettra également de diminuer des coûts de transaction et d’interface.

rolleyesAbandon des ordonnances supprimant le monopole public de la SNCF.

rolleyesRetrait du pacte ferroviaire et ouverture de négociations au niveau de la branche pour la mise en place d’un cadre social de haut niveau pour tous les travailleurs du rail, celui des cheminots de la SNCF.

rolleyesRetour à une organisation de la production unifiée, en mettant fin à la gestion cloisonnée par activités. 

rolleyesReprise de sa dette par l’État, qui n’est autre qu’une dépense d’aménagement du territoire.

rolleyesRééquilibrage entre modes de transport, avec une répartition des moyens en faveur du ferroviaire Fret et Voyageurs.

La fin du statut, c’est ce que veut faire passer le ministère en annonçant l’abrogation du décret qui fonde le statut, pour un renvoi vers un accord de branche complété par un accord d’entreprise… C’est la fin des notations et de la grille d’ancienneté ; c’est la fin des mutations géographiques, des perspectives professionnelles ; c’est le recours à des licenciements par la fin des garanties disciplinaires ou en cas de refus de transfert ; c’est la fin de notre caisse de prévoyance faute de cotisants !

Les amendements du gouvernement ne répondent pas aux revendications portées par les grévistes !

Au contraire, le gouvernement est dans la tromperie totale. Il fait mine de retirer l’ordonnance concernant l’ouverture à la concurrence, mais redépose lui-même des amendements pour durcir encore plus les ordonnances !

Ces amendements poursuivent l’éclatement de l’entreprise, ne permettent pas de financer le système ferroviaire, en finissent avec le statut de l’entreprise et des cheminots, et fixent les dates d’ouverture accélérées à la concurrence et briseront tout simplement nos vies !

Les amendements du gouvernement, pour tromper les cheminots et l’opinion publique !

Transferts forcés et ouverture de négociations au niveau de la branche, pour remplacer le statut qui aura disparu.

rolleyes Cet amendement ne supprime pas l’obligation de transfert des cheminots à ceux qui remporteront les appels d’offres et placera bel et bien le cheminot en situation de démissionnaire en cas de refus de transfert !

rolleyes Les cheminots seraient transférés selon les critères suivants : le taux d’affectation sur le lot repris, le lieu d’affectation, le domicile et l’ancienneté dans le poste.

rolleyes Il valide, par ailleurs, l’ouverture à la concurrence dès le 3 décembre 2019.

Nous ne voulons pas d’un calendrier de rencontre avec le syndicat patronal ou l’entreprise pour négocier un ersatz de statut qui ne vaudrait rien en cas de transfert ! Le statut des cheminots doit être garanti par la loi !

Constituer « un porte-monnaie » social en lieu et place du statut en cas de transfert (les facilités de circulations, une garantie de l’emploi dès lors que le cheminot accepte les transferts successifs, la rémunération calculée sur les 12 derniers mois… sans notations).

rolleyes Cet amendement intègre dans la loi, la suppression du statut pour les cheminots transférés (grille, ancienneté, EVS, garanties disciplinaires, mutations, etc…).

rolleyes Et la négociation d’entreprise pour ceux qui ne seront pas transférés vu qu’il n’existera plus de statut ; la direction le fait, puisqu’elle convoque les fédérations dans ce cadre en Avril. Transformer la SNCF en une société holding !

rolleyes Cet amendement transforme en réalité la SNCF en Société Anonyme par actions !

rolleyes Actuellement en 3 établissements publics, la SNCF deviendrait une holding, qui détiendrait les filiales SA SNCF Mobilités, SA SNCF Réseau voire SA SNCF Gares & Connexions.

rolleyes Les titres incessibles n’empêcheraient pas la Holding de privatiser en partie ses filiales !

Ce n’est pas sur les bancs de l’Assemblée Nationale, avec une ultra-majorité contre les cheminots, que le conflit social se règlera !

Plusieurs milliers de cheminots étaient rassemblés devant l'assemblée nationale, à quelques heures de l'ouverture de la session parlementaire sur la contre-réforme du système ferroviaire.

Les grévistes ne veulent pas des amendements qui ouvrent à la concurrence, transfèrent les cheminots, suppriment leurs droits et brisent leur avenir!

La Fédération SUD-Rail appelle à renforcer la grève et incite les cheminots à venir nombreux dans les Assemblées Générales pour débattre des suites, alors que le 17 Avril aura lieu le 1 er vote solennel de la loi !

eek [Télécharger le tract n°9]

Lire la suite Lire la suite

Les grévistes ne veulent pas des amendements du gouvernement !

Le gouvernement veut faire croire que les amendements qu’il a déposés répondent aux revendications des cheminots en grève depuis le 3 avril.

Cela fait plusieurs semaines que le gouvernement tente une co-écriture de la future loi ferroviaire avec les organisations syndicales. La Fédération SUD-Rail a refusé tout arrangement avec le ministère ! Nous refusons de brader l’avenir des cheminots et de l’entreprise publique, et nous ne laisserons pas les patrons et leurs représentants décider à notre place.

Ce que nous portons auprès des patrons et du gouvernement, ce sont les revendications des cheminots en grève !

rolleyesLe statut pour les cheminots ainsi que ceux qui les remplaceront dans l’avenir ; il doit être amélioré et étendu aux contractuels, à la manutention et à la restauration ferroviaire.

rolleyesRéunification des 3 EPIC en un seul, ce qui permettra également de diminuer des coûts de transaction et d’interface.

rolleyesAbandon des ordonnances supprimant le monopole public de la SNCF.

rolleyesRetrait du pacte ferroviaire et ouverture de négociations au niveau de la branche pour la mise en place d’un cadre social de haut niveau pour tous les travailleurs du rail, celui des cheminots de la SNCF.

rolleyesRetour à une organisation de la production unifiée, en mettant fin à la gestion cloisonnée par activités. 

rolleyesReprise de sa dette par l’État, qui n’est autre qu’une dépense d’aménagement du territoire.

rolleyesRééquilibrage entre modes de transport, avec une répartition des moyens en faveur du ferroviaire Fret et Voyageurs.

La fin du statut, c’est ce que veut faire passer le ministère en annonçant l’abrogation du décret qui fonde le statut, pour un renvoi vers un accord de branche complété par un accord d’entreprise… C’est la fin des notations et de la grille d’ancienneté ; c’est la fin des mutations géographiques, des perspectives professionnelles ; c’est le recours à des licenciements par la fin des garanties disciplinaires ou en cas de refus de transfert ; c’est la fin de notre caisse de prévoyance faute de cotisants !

Les amendements du gouvernement ne répondent pas aux revendications portées par les grévistes !

Au contraire, le gouvernement est dans la tromperie totale. Il fait mine de retirer l’ordonnance concernant l’ouverture à la concurrence, mais redépose lui-même des amendements pour durcir encore plus les ordonnances !

Ces amendements poursuivent l’éclatement de l’entreprise, ne permettent pas de financer le système ferroviaire, en finissent avec le statut de l’entreprise et des cheminots, et fixent les dates d’ouverture accélérées à la concurrence et briseront tout simplement nos vies !

Les amendements du gouvernement, pour tromper les cheminots et l’opinion publique !

Transferts forcés et ouverture de négociations au niveau de la branche, pour remplacer le statut qui aura disparu.

rolleyes Cet amendement ne supprime pas l’obligation de transfert des cheminots à ceux qui remporteront les appels d’offres et placera bel et bien le cheminot en situation de démissionnaire en cas de refus de transfert !

rolleyes Les cheminots seraient transférés selon les critères suivants : le taux d’affectation sur le lot repris, le lieu d’affectation, le domicile et l’ancienneté dans le poste.

rolleyes Il valide, par ailleurs, l’ouverture à la concurrence dès le 3 décembre 2019.

Nous ne voulons pas d’un calendrier de rencontre avec le syndicat patronal ou l’entreprise pour négocier un ersatz de statut qui ne vaudrait rien en cas de transfert ! Le statut des cheminots doit être garanti par la loi !

Constituer « un porte-monnaie » social en lieu et place du statut en cas de transfert (les facilités de circulations, une garantie de l’emploi dès lors que le cheminot accepte les transferts successifs, la rémunération calculée sur les 12 derniers mois… sans notations).

rolleyes Cet amendement intègre dans la loi, la suppression du statut pour les cheminots transférés (grille, ancienneté, EVS, garanties disciplinaires, mutations, etc…).

rolleyes Et la négociation d’entreprise pour ceux qui ne seront pas transférés vu qu’il n’existera plus de statut ; la direction le fait, puisqu’elle convoque les fédérations dans ce cadre en Avril. Transformer la SNCF en une société holding !

rolleyes Cet amendement transforme en réalité la SNCF en Société Anonyme par actions !

rolleyes Actuellement en 3 établissements publics, la SNCF deviendrait une holding, qui détiendrait les filiales SA SNCF Mobilités, SA SNCF Réseau voire SA SNCF Gares & Connexions.

rolleyes Les titres incessibles n’empêcheraient pas la Holding de privatiser en partie ses filiales !

Ce n’est pas sur les bancs de l’Assemblée Nationale, avec une ultra-majorité contre les cheminots, que le conflit social se règlera !

Plusieurs milliers de cheminots étaient rassemblés devant l'assemblée nationale, à quelques heures de l'ouverture de la session parlementaire sur la contre-réforme du système ferroviaire.

Les grévistes ne veulent pas des amendements qui ouvrent à la concurrence, transfèrent les cheminots, suppriment leurs droits et brisent leur avenir!

La Fédération SUD-Rail appelle à renforcer la grève et incite les cheminots à venir nombreux dans les Assemblées Générales pour débattre des suites, alors que le 17 Avril aura lieu le 1 er vote solennel de la loi !

eek [Télécharger le tract n°9]

Fermer Fermer


 
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...