Recherche
 
Fermer
Connection

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


    visiteurs
    visiteurs en ligne

  Nombre de membres 127 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
 
Recherche
 
Fermer
 
Libre service
Les sections
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
64 Abonnés
Calendrier
Les nouvelles
jpg/pas_pas_hiv.jpgL'arnaque!!! - le 08/01/2008 18h34
Le gouvernement impose sa réforme

Les 4 points clefs qui forment le corps de la réforme sont maintenus : l’allongement de la durée du travail, la décote, l’indexation sur les prix, le double statut. Sur ces quatre points, un seul a bougé. La double peine que représente la décote a été divisée par 2 :
- Au départ, le 10 octobre, le gouvernement annonçait une baisse des pensions par la décote pouvant aller jusqu’à 25% : il retirait 5% pour chaque année séparant l’âge de départ (55 ou 50 ans)
de l’âge pivot (60 ou 55 ans pour les agents de conduite).
- Désormais, depuis le 6 novembre, il « limite » la baisse à 12,5% : il retire toujours 5% par année manquante, mais seulement pendant 2,5 ans en abaissant les âges pivot à 57,5 ans (et 52,5 pour les agents de conduite). Cet âge pivot devrait passer à 58,5 ans en 2008 (53,5 pour les ADC), soit une décote de 17,5%!
La raison en est simple : la SNCF et le gouvernement ont pris la mesure des risques d’embrasement de la SNCF. Les mesures initiales envoyaient plus de la moitié des cheminots (tous ceux qui étaient en-dessous de la position 15 !) au minimum de pension, avec son lot d’expulsions, de mises à la rue. Le gouvernement prenait le risque d’un conflit où la majorité des cheminots n’avaient plus rien à perdre.
Avec l’appel à la grève reconductible, le gouvernement a fait un recul le 6 novembre sur la décote. C’est le résultat, par anticipation, de la grève reconductible. Ensuite, avec la garantie donnée par plusieurs organisations syndicales de ne pas éterniser le conflit et de reprendre rapidement, il ne reculera plus sur aucun de ces trois points.
Pour SUD-Rail, c’est à cause des tergiversations et des hésitations dans la lutte  que la réforme modifie profondément notre régime. Les négociations à froid qui ont suivi n’ont apporté que
bien peu de choses par rapport au « réajustement » du gouvernement le 6 novembre. Le 10 octobre un cheminot perdait en moyenne 30% de sa pension. Le 6 novembre, 18%. Et après l’application des mesures, « seulement » 14%.

[Lire le Tract]

Lire la suite Lire la suite

Le gouvernement impose sa réforme

Les 4 points clefs qui forment le corps de la réforme sont maintenus : l’allongement de la durée du travail, la décote, l’indexation sur les prix, le double statut. Sur ces quatre points, un seul a bougé. La double peine que représente la décote a été divisée par 2 :
- Au départ, le 10 octobre, le gouvernement annonçait une baisse des pensions par la décote pouvant aller jusqu’à 25% : il retirait 5% pour chaque année séparant l’âge de départ (55 ou 50 ans)
de l’âge pivot (60 ou 55 ans pour les agents de conduite).
- Désormais, depuis le 6 novembre, il « limite » la baisse à 12,5% : il retire toujours 5% par année manquante, mais seulement pendant 2,5 ans en abaissant les âges pivot à 57,5 ans (et 52,5 pour les agents de conduite). Cet âge pivot devrait passer à 58,5 ans en 2008 (53,5 pour les ADC), soit une décote de 17,5%!
La raison en est simple : la SNCF et le gouvernement ont pris la mesure des risques d’embrasement de la SNCF. Les mesures initiales envoyaient plus de la moitié des cheminots (tous ceux qui étaient en-dessous de la position 15 !) au minimum de pension, avec son lot d’expulsions, de mises à la rue. Le gouvernement prenait le risque d’un conflit où la majorité des cheminots n’avaient plus rien à perdre.
Avec l’appel à la grève reconductible, le gouvernement a fait un recul le 6 novembre sur la décote. C’est le résultat, par anticipation, de la grève reconductible. Ensuite, avec la garantie donnée par plusieurs organisations syndicales de ne pas éterniser le conflit et de reprendre rapidement, il ne reculera plus sur aucun de ces trois points.
Pour SUD-Rail, c’est à cause des tergiversations et des hésitations dans la lutte  que la réforme modifie profondément notre régime. Les négociations à froid qui ont suivi n’ont apporté que
bien peu de choses par rapport au « réajustement » du gouvernement le 6 novembre. Le 10 octobre un cheminot perdait en moyenne 30% de sa pension. Le 6 novembre, 18%. Et après l’application des mesures, « seulement » 14%.

[Lire le Tract]

Fermer Fermer


 
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...