Recherche
 
Fermer
Connection

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


    visiteurs
    visiteurs en ligne

  Nombre de membres 127 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
 
Recherche
 
Fermer
 
Libre service
Les sections
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
64 Abonnés
Calendrier
Les nouvelles
duree_cotis.jpg3ème table ronde - le 11/12/2007 11h12

Allongement de la durée de cotisation "évoqué" : recul social aussi confirmé !

 

 
Troisième table ronde, donc pour la troisième fois nous rappelons que la délégation fédérale SUD-Rail participe sur la base des revendications qui étaient au centre de la grève, les revendications définies et confirmées dans les Assemblées Générales :

  • Maintien de la durée de cotisations à 37,5 annuités.
  • Pas de décote.
  • Pensions de retraites indexées sur les salaires.
  • Pas de double statut pénalisant les jeunes et futurs cheminot-e-s.

La précédente réunion a confirmé ce que nous craignions lorsque la grève a été arrêtée. Sans la pression directe des dizaines de milliers de cheminot-e-s en grève, le gouvernement confirme la mise en œuvre de sa contre-réforme, la direction de l’entreprise est chargée de proposer des mesures de diversion ; certaines reprennent, partiellement, des revendications rejetées jusque là.
Mais ces mesures sont bien insuffisantes : la plupart font l’objet de calendrier d’application bien trop étalé dans le temps, ne concernent que celles et ceux qui prolongeront leur activité au-delà de 55 ans (50 ans pour les ADC), et s’inscrivent clairement dans la contre-réforme gouvernementale, celle rejetée par une très grande majorité de cheminot-e-s.


L’action demeure nécessaire, SUD-Rail le disait le 21 novembre.


D’autres le disent aujourd’hui ; nous souhaitons que le caractère unitaire qui a permis le mouvement de novembre soit retrouvé. Cette nouvelle étape ne peut se faire que sous une forme permettant l’expression démocratique des cheminot-e-s, à travers des Assemblées Générales qui décident du mouvement, des revendications et devraient pouvoir contrôler les négociations.
Concernant l’ordre du jour :
La question de la durée de cotisations est un point essentiel. Nous attendons la manière dont les représentant-e-s du gouvernement vont « évoquer » ce sujet …
Sur l’apprentissage, nous reviendrons sur la proposition scandaleuse de la dernière réunion obligeant les ex-apprentis et ex-élèves à faire du rab’ pour obtenir un minimum de reconnaissance de leur temps d’apprentissage.
Pour les pensions de réversion, le minimum de pension, la procédure de réforme, nous rappellerons nos revendications.



Allongement de la durée de cotisations : le gouvernement ne bouge pas d'un iota !
Comme pour la décote et la désindexation le 4 décembre, rien, strictement rien, ne change par rapport à ce qui était prévu avant la grève. Le sujet a été "évoqué", nous avons rappelé avec force les revendications des grévistes … mais il n'y a plus la grève pour peser sur les négociations : alors gouvernement et direction ne bougent pas ! 
Le représentant du gouvernement nous a raconté pour la énième fois ses histoires de démographie, d’équité, etc. Nous avons rappelé que l’allongement de la durée de cotisations n’a rien à voir avec tout ça : pour le gouvernement, le seul objectif est de baisser très fortement le niveau des pensions de retraite. 
Le bilan de la contre-réforme imposée aux salarié-e-s du secteur privé en 1993 est clair : l’âge de départ moyen est en réalité resté à 57 ans et demi. Il n’y a pas d’allongement de la durée d’a, et les pertes de pouvoir d’achat sont énormes pou le retraité-e-s. 


Adaptation des règles du régime général.
 
Condition d’âge.
La condition d’âge minimum de 18 ans pour accéder au Statut est supprimée.
SUD-Rail prend acte de cette mesure mais il faut l’appliquer avec effet rétroactif, pour régler positivement la situation des anciens agents mineurs, ce que refuse la direction.
 
Apprentis.
A compter du 1er  juillet 2008, les apprentis verront leurs années d’apprentissage rachetées par l’entreprise et validées dans le régime spécial des cheminote-s. Cette mesure ne s’applique qu’aux futurs apprentis, la direction, refuse de faire de même pour les anciens apprentis.  
 
Pension de réversion.
Le taux de réversion du minimum de pension passera à 54% au 1er  juillet 2010. SUD-Rail demande que cetaux soit porté à 80% et dès maintenant : rappelons qu’il s’agit de personnes touchant à peine 700 euros par mois.  
 
Pension de réforme.
Les modalités de calcul et d’attribution de la pension de réforme seront légèrement modifiées. Les pensions de réforme ne subiront pas de décote et aucune durée de service ne sera exigée pour la percevoir. La commission de réforme devient une étape obligatoire.
SUD-Rail a exprimé ses craintes de voir la réforme devenir un outil d’ajustement de la politique de l’emploi …
 
Nous avons aussi demandé que le médecin du travail soit systématiquement présent lors des commissions de réforme, que les contre expertises réalisées à la demande de l’agent soient systématiquement intégrées au dossier. La direction a refusé.

 


Lire la suite Lire la suite


Allongement de la durée de cotisation "évoqué" : recul social aussi confirmé !

 

 
Troisième table ronde, donc pour la troisième fois nous rappelons que la délégation fédérale SUD-Rail participe sur la base des revendications qui étaient au centre de la grève, les revendications définies et confirmées dans les Assemblées Générales :

  • Maintien de la durée de cotisations à 37,5 annuités.
  • Pas de décote.
  • Pensions de retraites indexées sur les salaires.
  • Pas de double statut pénalisant les jeunes et futurs cheminot-e-s.

La précédente réunion a confirmé ce que nous craignions lorsque la grève a été arrêtée. Sans la pression directe des dizaines de milliers de cheminot-e-s en grève, le gouvernement confirme la mise en œuvre de sa contre-réforme, la direction de l’entreprise est chargée de proposer des mesures de diversion ; certaines reprennent, partiellement, des revendications rejetées jusque là.
Mais ces mesures sont bien insuffisantes : la plupart font l’objet de calendrier d’application bien trop étalé dans le temps, ne concernent que celles et ceux qui prolongeront leur activité au-delà de 55 ans (50 ans pour les ADC), et s’inscrivent clairement dans la contre-réforme gouvernementale, celle rejetée par une très grande majorité de cheminot-e-s.


L’action demeure nécessaire, SUD-Rail le disait le 21 novembre.


D’autres le disent aujourd’hui ; nous souhaitons que le caractère unitaire qui a permis le mouvement de novembre soit retrouvé. Cette nouvelle étape ne peut se faire que sous une forme permettant l’expression démocratique des cheminot-e-s, à travers des Assemblées Générales qui décident du mouvement, des revendications et devraient pouvoir contrôler les négociations.
Concernant l’ordre du jour :
La question de la durée de cotisations est un point essentiel. Nous attendons la manière dont les représentant-e-s du gouvernement vont « évoquer » ce sujet …
Sur l’apprentissage, nous reviendrons sur la proposition scandaleuse de la dernière réunion obligeant les ex-apprentis et ex-élèves à faire du rab’ pour obtenir un minimum de reconnaissance de leur temps d’apprentissage.
Pour les pensions de réversion, le minimum de pension, la procédure de réforme, nous rappellerons nos revendications.



Allongement de la durée de cotisations : le gouvernement ne bouge pas d'un iota !
Comme pour la décote et la désindexation le 4 décembre, rien, strictement rien, ne change par rapport à ce qui était prévu avant la grève. Le sujet a été "évoqué", nous avons rappelé avec force les revendications des grévistes … mais il n'y a plus la grève pour peser sur les négociations : alors gouvernement et direction ne bougent pas ! 
Le représentant du gouvernement nous a raconté pour la énième fois ses histoires de démographie, d’équité, etc. Nous avons rappelé que l’allongement de la durée de cotisations n’a rien à voir avec tout ça : pour le gouvernement, le seul objectif est de baisser très fortement le niveau des pensions de retraite. 
Le bilan de la contre-réforme imposée aux salarié-e-s du secteur privé en 1993 est clair : l’âge de départ moyen est en réalité resté à 57 ans et demi. Il n’y a pas d’allongement de la durée d’a, et les pertes de pouvoir d’achat sont énormes pou le retraité-e-s. 


Adaptation des règles du régime général.
 
Condition d’âge.
La condition d’âge minimum de 18 ans pour accéder au Statut est supprimée.
SUD-Rail prend acte de cette mesure mais il faut l’appliquer avec effet rétroactif, pour régler positivement la situation des anciens agents mineurs, ce que refuse la direction.
 
Apprentis.
A compter du 1er  juillet 2008, les apprentis verront leurs années d’apprentissage rachetées par l’entreprise et validées dans le régime spécial des cheminote-s. Cette mesure ne s’applique qu’aux futurs apprentis, la direction, refuse de faire de même pour les anciens apprentis.  
 
Pension de réversion.
Le taux de réversion du minimum de pension passera à 54% au 1er  juillet 2010. SUD-Rail demande que cetaux soit porté à 80% et dès maintenant : rappelons qu’il s’agit de personnes touchant à peine 700 euros par mois.  
 
Pension de réforme.
Les modalités de calcul et d’attribution de la pension de réforme seront légèrement modifiées. Les pensions de réforme ne subiront pas de décote et aucune durée de service ne sera exigée pour la percevoir. La commission de réforme devient une étape obligatoire.
SUD-Rail a exprimé ses craintes de voir la réforme devenir un outil d’ajustement de la politique de l’emploi …
 
Nous avons aussi demandé que le médecin du travail soit systématiquement présent lors des commissions de réforme, que les contre expertises réalisées à la demande de l’agent soient systématiquement intégrées au dossier. La direction a refusé.

 


Fermer Fermer


 
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...