SUD-Rail Normandie - Les nouvelles
 
Recherche
 
Fermer
Connection

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


    visiteurs
    visiteurs en ligne

  Nombre de membres 127 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
 
Recherche
 
Fermer
 
Libre service
Les sections
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
64 Abonnés
Calendrier
Les nouvelles
Grève reconductible!!! - le 09/11/2005 20h11

Communiqué des fédérations syndicales de cheminots CGT - FO -eek SUD-rail eek - FGAAC.

Les fédérations CGT, FO, SUD-rail, FGAAC se sont rencontrées le 2 novembre 2005. Elles ont échangé et confronté leur point de vue sur la situation économique et sociale dans le pays et celle de l’entreprise SNCF. Elles considèrent que cette situation continue de se dégrader à un rythme qui s’accélère.

C’est l’accélération de la remise en cause du code du travail, des statuts et garanties collectives, de la casse des acquis sociaux, des privatisations, de la baisse du pouvoir d’achat… pour imposer une société toujours plus éclatée, toujours plus libérale.

La SNCF n’échappe pas à ce dogmatisme libéral.

Les décisions qui portent atteintes à l’entreprise de service public et à son avenir s’amoncèlent. Il en est ainsi du Fret, des TIR, des réorganisations ou autres restructurations engagées au niveau des activités et des domaines au plan national, régional et dans les établissements.

Les attaques qui se précisent à partir des préconisations de l’audit Infrastructures, de la modification de la loi permettant l’entrée de financements privés pour des réalisations nouvelles d’infrastructures et leur maintenance, la libéralisation européenne qui veut ouvrir le trafic régional à la concurrence, viennent confirmer les légitimes craintes des cheminots sur l’éclatement à court terme de la SNCF.

Des conséquences importantes se répercutent sur tous les métiers qui seraient profondément bouleversés, voire menacés. L’ensemble façonne un remodelage complet de l’entreprise SNCF et crée les conditions d’une privatisation rampante.

Les différentes actions revendicatives qui ont eu lieu ces derniers mois témoignent par la participation des cheminots de leur attachement au service public.

Leur motivation est renforcée par les suppressions massives d’emplois qui s’accumulent depuis 2002, leur certitude de ne plus pouvoir assurer la qualité de service attendue par les usagers, la dégradation de leurs conditions de travail et de sécurité et de leur pouvoir d’achat.

Nous sommes dans une période décisive pour l’avenir de la SNCF, de son statut, de celui des cheminots. Il faut faire barrage au passage en force du gouvernement et de la direction et imposer d’autres orientations !

Pour s’opposer aux mauvais coups et gagner sur les revendications des cheminots sur le service public, l’emploi, les conditions de travail, les salaires et pensions, les fédérations CGT, FO, SUD-rail, FGAAC ont décidé d'appeler les cheminots et cheminotes à agir par la grève reconductible à partir du 21 novembre 2005 à 20h00.

Les autres fédérations ont quant à elles demandé un délai de réflexion avant de donner leur position définitive.

Lire la suite Lire la suite

Communiqué des fédérations syndicales de cheminots CGT - FO -eek SUD-rail eek - FGAAC.

Les fédérations CGT, FO, SUD-rail, FGAAC se sont rencontrées le 2 novembre 2005. Elles ont échangé et confronté leur point de vue sur la situation économique et sociale dans le pays et celle de l’entreprise SNCF. Elles considèrent que cette situation continue de se dégrader à un rythme qui s’accélère.

C’est l’accélération de la remise en cause du code du travail, des statuts et garanties collectives, de la casse des acquis sociaux, des privatisations, de la baisse du pouvoir d’achat… pour imposer une société toujours plus éclatée, toujours plus libérale.

La SNCF n’échappe pas à ce dogmatisme libéral.

Les décisions qui portent atteintes à l’entreprise de service public et à son avenir s’amoncèlent. Il en est ainsi du Fret, des TIR, des réorganisations ou autres restructurations engagées au niveau des activités et des domaines au plan national, régional et dans les établissements.

Les attaques qui se précisent à partir des préconisations de l’audit Infrastructures, de la modification de la loi permettant l’entrée de financements privés pour des réalisations nouvelles d’infrastructures et leur maintenance, la libéralisation européenne qui veut ouvrir le trafic régional à la concurrence, viennent confirmer les légitimes craintes des cheminots sur l’éclatement à court terme de la SNCF.

Des conséquences importantes se répercutent sur tous les métiers qui seraient profondément bouleversés, voire menacés. L’ensemble façonne un remodelage complet de l’entreprise SNCF et crée les conditions d’une privatisation rampante.

Les différentes actions revendicatives qui ont eu lieu ces derniers mois témoignent par la participation des cheminots de leur attachement au service public.

Leur motivation est renforcée par les suppressions massives d’emplois qui s’accumulent depuis 2002, leur certitude de ne plus pouvoir assurer la qualité de service attendue par les usagers, la dégradation de leurs conditions de travail et de sécurité et de leur pouvoir d’achat.

Nous sommes dans une période décisive pour l’avenir de la SNCF, de son statut, de celui des cheminots. Il faut faire barrage au passage en force du gouvernement et de la direction et imposer d’autres orientations !

Pour s’opposer aux mauvais coups et gagner sur les revendications des cheminots sur le service public, l’emploi, les conditions de travail, les salaires et pensions, les fédérations CGT, FO, SUD-rail, FGAAC ont décidé d'appeler les cheminots et cheminotes à agir par la grève reconductible à partir du 21 novembre 2005 à 20h00.

Les autres fédérations ont quant à elles demandé un délai de réflexion avant de donner leur position définitive.

Fermer Fermer


 
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...