SUD-Rail Normandie - Les nouvelles
 
Recherche
 
Fermer
Connection

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


    visiteurs
    visiteurs en ligne

  Nombre de membres 126 membres
Connectés :
membressudrailnormandie
 
Recherche
 
Fermer
 
Libre service
Les sections
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
64 Abonnés
Calendrier
Les nouvelles

 Solidarité avec les marins de la SNCM en lutte ! eek

La fédération des syndicats SUD-rail apporte un soutien total aux syndicalistes marins de la SNCM qui ont pris hier les commandes d’un navire et à ceux qui bloquent le port de Marseille. Ce type d’action est à nos yeux bien plus légitime que ceux qui décident de saborder une entreprise de service public et de la livrer aux intérêts capitalistes d’un fond de pension.

La prise d'assaut du bateau par le GIGN est une véritable provocation de ce gouvernement qui ne sait répondre que par la violence à des salariés qui défendent leurs emplois.

La situation de la SNCM ne nous surprend pas. En novembre 2003, au Conseil d’Administration de la SNCF, SUD-rail a été seul à voter contre le désengagement de la SNCF du capital de la SNCM, expliquant que cette décision ouvrait la voie de la privatisation.

A l’époque, nous dénoncions la décision du gouvernement d’imposer la mise en concurrence sur plusieurs lignes maritimes exploitées par la SNCM en attribuant des autorisations d’exploitation à des compagnies qui pratiquent largement le dumping social.

La fédération SUD-rail est solidaire de ces actes de désobéissances civiles qui sont la réponse à l’autisme des politiques. Les actions que nous avons menées, le 17 septembre en démontant publiquement un rail à Dugny pour protester contre la circulation des trains privés de la Connex et le 19 septembre, en bloquant en gare de Tourcoing, un train préparant l’arrivée de la compagnie EWS sur le réseau ferré français, s’inscrivent dans la même logique.

Les actes de désobéissance civile se multiplient et doivent se multiplier pour contrer le rouleau compresseur de la concurrence et du libéralisme aveugle, qui poussent devant eux le dumping social, écrasent les acquis sociaux, les emplois et les services publics.

Le 29 mai, une majorité de la population a dit halte à la casse des services publics.
Le 4 octobre, nous dirons encore non au libéralisme, oui aux services publics et au progrès social.

Lire la suite Lire la suite

 Solidarité avec les marins de la SNCM en lutte ! eek

La fédération des syndicats SUD-rail apporte un soutien total aux syndicalistes marins de la SNCM qui ont pris hier les commandes d’un navire et à ceux qui bloquent le port de Marseille. Ce type d’action est à nos yeux bien plus légitime que ceux qui décident de saborder une entreprise de service public et de la livrer aux intérêts capitalistes d’un fond de pension.

La prise d'assaut du bateau par le GIGN est une véritable provocation de ce gouvernement qui ne sait répondre que par la violence à des salariés qui défendent leurs emplois.

La situation de la SNCM ne nous surprend pas. En novembre 2003, au Conseil d’Administration de la SNCF, SUD-rail a été seul à voter contre le désengagement de la SNCF du capital de la SNCM, expliquant que cette décision ouvrait la voie de la privatisation.

A l’époque, nous dénoncions la décision du gouvernement d’imposer la mise en concurrence sur plusieurs lignes maritimes exploitées par la SNCM en attribuant des autorisations d’exploitation à des compagnies qui pratiquent largement le dumping social.

La fédération SUD-rail est solidaire de ces actes de désobéissances civiles qui sont la réponse à l’autisme des politiques. Les actions que nous avons menées, le 17 septembre en démontant publiquement un rail à Dugny pour protester contre la circulation des trains privés de la Connex et le 19 septembre, en bloquant en gare de Tourcoing, un train préparant l’arrivée de la compagnie EWS sur le réseau ferré français, s’inscrivent dans la même logique.

Les actes de désobéissance civile se multiplient et doivent se multiplier pour contrer le rouleau compresseur de la concurrence et du libéralisme aveugle, qui poussent devant eux le dumping social, écrasent les acquis sociaux, les emplois et les services publics.

Le 29 mai, une majorité de la population a dit halte à la casse des services publics.
Le 4 octobre, nous dirons encore non au libéralisme, oui aux services publics et au progrès social.

Fermer Fermer


 
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...