Recherche
 
Fermer
Connection

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>


    visiteurs
    visiteurs en ligne

  Nombre de membres 24 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
 
Recherche
 
Fermer
 
Libre service
Les sections
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
64 Abonnés
Calendrier
Les nouvelles

L'écologie à la mode SNCF,

Fermeture annoncée du service AUTO-TRAINS

L’Auto-Train est une activité ferroviaire qui date de 1957. Ce service consiste à faire transporter sur de longues distances des voitures et des motos sur des trains. Appelé autrefois Train Auto-Couchettes (TAC), ce service public a surement évité des dizaines de milliers d’accidents de la route depuis sa création. Par ailleurs, l’empreinte carbone de ce mode de déplacement a prouvé son efficacité en termes de rejet de CO2.

Mais ça, c’était avant… Avant que la SNCF n’ait plus l’objectif du service public ou de l’écologie, mais seulement celui du business !

En 1980, les TAC transportaient 200.000 véhicules, 62.000 en 2016 et enfin 33.500 en 2018. Cette baisse de trafic a été complètement orchestrée par la SNCF. En supprimant les trains couchettes, les voyages internationaux, en passant de 12 gares desservies à 5, et enfin en limitant les circulations aux seuls mois d’été, c’est bien le déclin qui a été organisé par les dirigeants. Autant dire que cette activité a été complètement sacrifiée sur l’autel de la rentabilité, au détriment du service public et écologique !

Pour remplacer un service public écologique et pratique, la SNCF met en place une start-up en vue d’uberiser ce service.

Résultat : un service plus cher et une catastrophe écologique !

Histoire de dire que le service existe toujours, la SNCF propose de passer par une start-up : Expedicar. Une société type UBER qui utilise des auto-entrepreneurs pour... conduire leur voiture confiée ; c’est-à- dire la pire solution écologique car cela ne retire aucun véhicule des routes, mais également sociale avec la mise en place d’un système à la UBER.

Il sera quand même possible de transporter sa voiture par camion, pour plus de... 700 Euros.

C’est donc l’inverse du bon sens écologique qui se développe sous nos yeux. En dehors d’un prix plus élevé que par le train, le voyageur aura également moins de services. Pour des raisons de vols, plus question de laisser des bagages dans la voiture, sauf si un conducteur professionnel, à plus de 700 euros le trajet, en fait le choix.

Lorsque l’usager voudra quand même faire conduire son véhicule par Expedicar, il devra trouver un autre moyen pour ses bagages... la SNCF ou une autre start-up maison par exemple.

Un plan social et des fermetures… dont va tirer profit la SNCF !

 À la SNCF, c’est la suppression d’au moins 33 emplois de sédentaires :

mad 11 emplois à l’ESV PSE.

mad 6 emplois à TER Provence Alpes.

mad 8 emplois à TER Côte-d’Azur.

mad 5 emplois au TMV.

mad 0.5 emploi au Technicentre de Nice.

mad 10 emplois CPAS et BU Auto-train.

Pour les Conducteurs, c’est 1494 Journées de Service supprimées :

confused UP Bercy / Charolais : 102 JS.

confused UP Dijon : 281 JS.

confused UP Marseille : 402 JS.

confused UP Nice : 538 JS.

confused UP Portes les Valence : 83 JS.

confused UP BFC : 88 JS.

Enfin, c’est la suppression de dizaines de postes pour la société City One et Itirémia, dont les salariés sont en charge de mettre/sortir les voitures sur les porte-autos.

Pourtant, en 2018, cette activité était à l’équilibre malgré une volonté manifeste de la rendre déficitaire… c’était donc une activité qui ne perdait pas d’argent, à l’inverse de la filiale low-cost « Ouigo » qui accumule les pertes. Mais alors pourquoi fermer le service ?!

On ne parlera pas du refus de SNCF Réseau de passer le prix du sillon de Voyageurs à Fret, ce qui aurait permis de faire baisser les coûts et d’être rentable, parce que la volonté de la SNCF est ailleurs. En effet, la fermeture d’Auto-Train va permettre à la SNCF de vendre 18 hectares de terrain en plein Paris… autant dire une belle opération immobilière chiffrée à plusieurs dizaines de millions d’euros en perspective et si cela ne suffit pas, elle va également se pencher sur le parking de 380 places de Bercy, dédié à ce service, en plein Paris et qui intéresse aussi de nombreux promoteurs immobiliers.

On est loin de toute ambition de transport écologique, loin des ambitions de service public, loin des considérations en termes de baisse du nombre d’accidents sur la route, … la SNCF veut juste faire une grosse opération immobilière pour faire du fric et pas des trains !!

C’est ça aussi les conséquences de la réforme du ferroviaire : un report modal du train vers la route. Mais une fois Auto-Train fermé et les terrains vendus, cette activité qu’on pourrait croire d’avenir sera définitivement condamnée.

SUD-Rail dénonce cette opération immobilière au détriment du service public et mettra tout en œuvre afin de conserver ce service ferroviaire au sein de la SNCF et ne pas condamner l’avenir d’un transport public et écologique !

Lire la suite Lire la suite

L'écologie à la mode SNCF,

Fermeture annoncée du service AUTO-TRAINS

L’Auto-Train est une activité ferroviaire qui date de 1957. Ce service consiste à faire transporter sur de longues distances des voitures et des motos sur des trains. Appelé autrefois Train Auto-Couchettes (TAC), ce service public a surement évité des dizaines de milliers d’accidents de la route depuis sa création. Par ailleurs, l’empreinte carbone de ce mode de déplacement a prouvé son efficacité en termes de rejet de CO2.

Mais ça, c’était avant… Avant que la SNCF n’ait plus l’objectif du service public ou de l’écologie, mais seulement celui du business !

En 1980, les TAC transportaient 200.000 véhicules, 62.000 en 2016 et enfin 33.500 en 2018. Cette baisse de trafic a été complètement orchestrée par la SNCF. En supprimant les trains couchettes, les voyages internationaux, en passant de 12 gares desservies à 5, et enfin en limitant les circulations aux seuls mois d’été, c’est bien le déclin qui a été organisé par les dirigeants. Autant dire que cette activité a été complètement sacrifiée sur l’autel de la rentabilité, au détriment du service public et écologique !

Pour remplacer un service public écologique et pratique, la SNCF met en place une start-up en vue d’uberiser ce service.

Résultat : un service plus cher et une catastrophe écologique !

Histoire de dire que le service existe toujours, la SNCF propose de passer par une start-up : Expedicar. Une société type UBER qui utilise des auto-entrepreneurs pour... conduire leur voiture confiée ; c’est-à- dire la pire solution écologique car cela ne retire aucun véhicule des routes, mais également sociale avec la mise en place d’un système à la UBER.

Il sera quand même possible de transporter sa voiture par camion, pour plus de... 700 Euros.

C’est donc l’inverse du bon sens écologique qui se développe sous nos yeux. En dehors d’un prix plus élevé que par le train, le voyageur aura également moins de services. Pour des raisons de vols, plus question de laisser des bagages dans la voiture, sauf si un conducteur professionnel, à plus de 700 euros le trajet, en fait le choix.

Lorsque l’usager voudra quand même faire conduire son véhicule par Expedicar, il devra trouver un autre moyen pour ses bagages... la SNCF ou une autre start-up maison par exemple.

Un plan social et des fermetures… dont va tirer profit la SNCF !

 À la SNCF, c’est la suppression d’au moins 33 emplois de sédentaires :

mad 11 emplois à l’ESV PSE.

mad 6 emplois à TER Provence Alpes.

mad 8 emplois à TER Côte-d’Azur.

mad 5 emplois au TMV.

mad 0.5 emploi au Technicentre de Nice.

mad 10 emplois CPAS et BU Auto-train.

Pour les Conducteurs, c’est 1494 Journées de Service supprimées :

confused UP Bercy / Charolais : 102 JS.

confused UP Dijon : 281 JS.

confused UP Marseille : 402 JS.

confused UP Nice : 538 JS.

confused UP Portes les Valence : 83 JS.

confused UP BFC : 88 JS.

Enfin, c’est la suppression de dizaines de postes pour la société City One et Itirémia, dont les salariés sont en charge de mettre/sortir les voitures sur les porte-autos.

Pourtant, en 2018, cette activité était à l’équilibre malgré une volonté manifeste de la rendre déficitaire… c’était donc une activité qui ne perdait pas d’argent, à l’inverse de la filiale low-cost « Ouigo » qui accumule les pertes. Mais alors pourquoi fermer le service ?!

On ne parlera pas du refus de SNCF Réseau de passer le prix du sillon de Voyageurs à Fret, ce qui aurait permis de faire baisser les coûts et d’être rentable, parce que la volonté de la SNCF est ailleurs. En effet, la fermeture d’Auto-Train va permettre à la SNCF de vendre 18 hectares de terrain en plein Paris… autant dire une belle opération immobilière chiffrée à plusieurs dizaines de millions d’euros en perspective et si cela ne suffit pas, elle va également se pencher sur le parking de 380 places de Bercy, dédié à ce service, en plein Paris et qui intéresse aussi de nombreux promoteurs immobiliers.

On est loin de toute ambition de transport écologique, loin des ambitions de service public, loin des considérations en termes de baisse du nombre d’accidents sur la route, … la SNCF veut juste faire une grosse opération immobilière pour faire du fric et pas des trains !!

C’est ça aussi les conséquences de la réforme du ferroviaire : un report modal du train vers la route. Mais une fois Auto-Train fermé et les terrains vendus, cette activité qu’on pourrait croire d’avenir sera définitivement condamnée.

SUD-Rail dénonce cette opération immobilière au détriment du service public et mettra tout en œuvre afin de conserver ce service ferroviaire au sein de la SNCF et ne pas condamner l’avenir d’un transport public et écologique !

Fermer Fermer


 
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...