Recherche
 
Fermer
Connection

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


    visiteurs
    visiteurs en ligne

  Nombre de membres 127 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
 
Recherche
 
Fermer
 
Libre service
Les sections
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
64 Abonnés
Calendrier
Les nouvelles

Réglementation du travail dans le rail :

Le patronat du rail n’a rien à proposer !

Mardi 26 Avril, près d’1 cheminot sur 2 de l’entreprise historique et des entreprises ferroviaires privées sont en grève contre le projet de convention collective présenté par les patrons du transport de l’UTP, visant à casser la réglementation du travail à la SNCF et à instaurer un dumping social généralisé dans le secteur du rail.

Par son attitude lors de la séance de négociations du 26 Avril, l’UTP démontre que c’est la stratégie du pourrissement qui est à l’œuvre, en proposant une hypothétique deuxième version de leur texte pour le 10 mai, après n’avoir apporté aucune réponse concrète aux points soulevés par les organisations syndicales. Il n’y a aujourd’hui aucune réponse aux revendications des grévistes.

C’est inacceptable pour les grévistes, c’est inacceptable pour SUD-Rail !

Après avoir tiré les conséquences de la position patronale, le 27 Avril, lors d’une rencontre entre les fédérations syndicales de la branche ferroviaire, SUD-Rail sera porteuse d’une proposition d’un mouvement de grève reconductible courant mai, afin de garantir des conditions de travail compatibles avec l’exigence d’un haut niveau de sécurité dans le ferroviaire, sans dumping social.

Pour mettre fin à ce blocage patronal, la Fédération SUD-Rail demande au gouvernement de prendre ses responsabilités, en transposant dans le décret-socle fixant les conditions de travail minimum de tous les salariés du secteur ferroviaire, l’intégralité de la réglementation du travail actuelle de l’entreprise historique SNCF.

Les cheminots comme les salariés des entreprises ferroviaires privées portent cette revendication. C’est une question de progrès social et de sécurité des usagers du train !

Lire la suite Lire la suite

Réglementation du travail dans le rail :

Le patronat du rail n’a rien à proposer !

Mardi 26 Avril, près d’1 cheminot sur 2 de l’entreprise historique et des entreprises ferroviaires privées sont en grève contre le projet de convention collective présenté par les patrons du transport de l’UTP, visant à casser la réglementation du travail à la SNCF et à instaurer un dumping social généralisé dans le secteur du rail.

Par son attitude lors de la séance de négociations du 26 Avril, l’UTP démontre que c’est la stratégie du pourrissement qui est à l’œuvre, en proposant une hypothétique deuxième version de leur texte pour le 10 mai, après n’avoir apporté aucune réponse concrète aux points soulevés par les organisations syndicales. Il n’y a aujourd’hui aucune réponse aux revendications des grévistes.

C’est inacceptable pour les grévistes, c’est inacceptable pour SUD-Rail !

Après avoir tiré les conséquences de la position patronale, le 27 Avril, lors d’une rencontre entre les fédérations syndicales de la branche ferroviaire, SUD-Rail sera porteuse d’une proposition d’un mouvement de grève reconductible courant mai, afin de garantir des conditions de travail compatibles avec l’exigence d’un haut niveau de sécurité dans le ferroviaire, sans dumping social.

Pour mettre fin à ce blocage patronal, la Fédération SUD-Rail demande au gouvernement de prendre ses responsabilités, en transposant dans le décret-socle fixant les conditions de travail minimum de tous les salariés du secteur ferroviaire, l’intégralité de la réglementation du travail actuelle de l’entreprise historique SNCF.

Les cheminots comme les salariés des entreprises ferroviaires privées portent cette revendication. C’est une question de progrès social et de sécurité des usagers du train !

Fermer Fermer


 
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...