Recherche
 
Fermer
Connection

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


    visiteurs
    visiteurs en ligne

  Nombre de membres 127 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
 
Recherche
 
Fermer
 
Libre service
Les sections
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
64 Abonnés
Calendrier
Les nouvelles
Retrait El khomri 28 avril - le 26/04/2016 10h27

2016_04_28_entete.jpg

  • 70% de la population est opposé au projet de loi.

  • 1,2 million de jeunes et de salariés ont manifesté pour le retrait pur et simple du projet de loi Valls - El Khomri durant la journée de grève du 31 mars.

Messieurs Valls et Hollande, minoritaires, s’obstinent

Le 1er Ministre reçoit les organisations de la jeunesse pour parler de toute autre chose, faire des promesses non financées et maintenir la précarité. Les étudiants, travailleurs en formation, ne sont pas dupes des manœuvres du gouvernement et continuent à demander le retrait du projet de loi.

Face à la puissance de la mobilisation, le gouvernement utilise la seule carte qui lui reste, celle de la provocation policière que nous condamnons fermement. Nous n’accepterons aucune remise en cause du droit à manifester et à se rassembler sur la voie publique et les lieux publics.

Le projet de loi Valls - El Khomri est inchangé dans ses principes.

Il s’agit d’ici 2018 de réécrire complètement le code du travail autour des principes dits Badinter et de renvoyer les règles d’applications à la négociation avec les patrons.

2016_04_CodeTravExplosif.jpg

Ce projet veut installer « l’entreprise » comme le lieu prioritaire de définition de la durée du travail, du montant des salaires et des rémunérations.

L’employeur pourrait imposer ses règles contre les protections du Code du travail. Toutes professions, du privé comme du public, seront concernées.

L’ensemble des conventions collectives (commerce, ports et docks, chimie, métallurgie, construction, transport, action sociale…) serait cassé.

La loi Valls - El Khomri serait dévastatrice pour les fonctionnaires et les salariés sous statut des entreprises publiques. Cette loi ouvrirait la porte à l’individualisation contre les garanties inscrites dans les statuts nationaux.

C’est d’ailleurs au même moment que les ministres multiplient les déclarations contre « l’emploi à vie », et que le patronat du transport demande la fin du règlement spécifique qui protège les cheminots (RHOO77).

Un accord d’entreprise pourrait annuler toute mesure de la Convention collective qui déplairait à l’employeur.

2016_04_28_BasPage.jpg

Lire la suite Lire la suite

2016_04_28_entete.jpg

  • 70% de la population est opposé au projet de loi.

  • 1,2 million de jeunes et de salariés ont manifesté pour le retrait pur et simple du projet de loi Valls - El Khomri durant la journée de grève du 31 mars.

Messieurs Valls et Hollande, minoritaires, s’obstinent

Le 1er Ministre reçoit les organisations de la jeunesse pour parler de toute autre chose, faire des promesses non financées et maintenir la précarité. Les étudiants, travailleurs en formation, ne sont pas dupes des manœuvres du gouvernement et continuent à demander le retrait du projet de loi.

Face à la puissance de la mobilisation, le gouvernement utilise la seule carte qui lui reste, celle de la provocation policière que nous condamnons fermement. Nous n’accepterons aucune remise en cause du droit à manifester et à se rassembler sur la voie publique et les lieux publics.

Le projet de loi Valls - El Khomri est inchangé dans ses principes.

Il s’agit d’ici 2018 de réécrire complètement le code du travail autour des principes dits Badinter et de renvoyer les règles d’applications à la négociation avec les patrons.

2016_04_CodeTravExplosif.jpg

Ce projet veut installer « l’entreprise » comme le lieu prioritaire de définition de la durée du travail, du montant des salaires et des rémunérations.

L’employeur pourrait imposer ses règles contre les protections du Code du travail. Toutes professions, du privé comme du public, seront concernées.

L’ensemble des conventions collectives (commerce, ports et docks, chimie, métallurgie, construction, transport, action sociale…) serait cassé.

La loi Valls - El Khomri serait dévastatrice pour les fonctionnaires et les salariés sous statut des entreprises publiques. Cette loi ouvrirait la porte à l’individualisation contre les garanties inscrites dans les statuts nationaux.

C’est d’ailleurs au même moment que les ministres multiplient les déclarations contre « l’emploi à vie », et que le patronat du transport demande la fin du règlement spécifique qui protège les cheminots (RHOO77).

Un accord d’entreprise pourrait annuler toute mesure de la Convention collective qui déplairait à l’employeur.

2016_04_28_BasPage.jpg

Fermer Fermer


 
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...