Recherche
 
Fermer
Connection

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


    visiteurs
    visiteurs en ligne

  Nombre de membres 127 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
 
Recherche
 
Fermer
 
Libre service
Les sections
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
63 Abonnés
Calendrier
Les nouvelles

Décret socle, convention collective, accords d’entreprise…

 Ne négocions pas à froid comme le veulent les patrons !

Le projet de décret sur l’organisation et le temps de travail dans le transport ferroviaire nie un siècle et demi d’expérience ferroviaire. Ce projet est dangereux pour la sécurité ferroviaire et donc pour les usagers et les travailleurs et travailleuses du secteur.

Il détériore les conditions de travail de 150 000 salarié-es (de la SNCF), ignore des dizaines de milliers de collègues d’entreprises privées (nettoyage ferroviaire, restauration ferroviaire, maintenance ferroviaire, etc.), ne règle rien pour les milliers de salarié-es des entreprises de transport ferroviaire mis en danger par des patrons dont la seule préoccupation est le fric qu’ils empochent !

Le décret sur l’organisation et le temps de travail doit avoir comme base minimale

la réglementation du travail et le Statut de l’entreprise ferroviaire publique, la SNCF.

Les négociations de la future Convention Collective Nationale (CCN) du secteur ferroviaire entrent dans une nouvelle phase, abordant désormais cette même question de l’organisation et du temps de travail. Parallèlement, la direction SNCF veut reprendre les accords d’entreprise, dont celui sur les 35 heures.

Dans leurs projets, les patrons n’ont qu’un but : s’attaquer à nos droits, nous faire travailler plus et dans des conditions plus dangereuses pour notre santé et pour la sécurité des circulations ferroviaires ; leur seul intérêt est d’augmenter la productivité de toutes celles et tous ceux qui travaillent dans le secteur ferroviaire, pour que la privatisation généralisée rapporte toujours plus aux actionnaires et aux banquiers. C’est inacceptable, il n’est pas question de négocier des reculs sociaux.

​_______________________________________________________________________________________

Depuis le début SUD-Rail a placé sous le contrôle des travailleurs  les négociations !

Le 13 avril 500 cheminots et cheminotes se sont invités à la table des décideurs !

Nous estimons que ce sont celles et ceux qui travaillent : NOUS ! Pas les patrons qui sommes mieux

placés pour négocier sur les conditions de travail, le temps de travail, et l’organisation du travail, …

Imposons des négociations sur la base de nos revendications !

​_____________________________________________________________________

Par la grève, faisons échec à la casse du Code du travail, améliorons nos droits !

Un fort mouvement de refus du projet de loi Travail existe dans tout le pays : grèves, manifestations, rassemblements, etc., les initiatives sont diverses et nombreuses. Dans le cadre de notre Union syndicale Solidaires, les syndicats SUD-Rail y participent pleinement. L’intersyndicale nationale (CGT, FO, Solidaires, FSU) appelle à une nouvelle journée de grève et de manifestations le jeudi 28 avril.

​______________________________________________________________________________________

A NOUS DE JOUER !  Le 26 Avril

                       Dans les Assemblées Générales, avec les cheminots, décidons ensemble de    

     l’organisation du mouvement reconductible pour gagner nos futures conditions de travail !
 

[Télécharger le tract] pdf.gif

Lire la suite Lire la suite

Décret socle, convention collective, accords d’entreprise…

 Ne négocions pas à froid comme le veulent les patrons !

Le projet de décret sur l’organisation et le temps de travail dans le transport ferroviaire nie un siècle et demi d’expérience ferroviaire. Ce projet est dangereux pour la sécurité ferroviaire et donc pour les usagers et les travailleurs et travailleuses du secteur.

Il détériore les conditions de travail de 150 000 salarié-es (de la SNCF), ignore des dizaines de milliers de collègues d’entreprises privées (nettoyage ferroviaire, restauration ferroviaire, maintenance ferroviaire, etc.), ne règle rien pour les milliers de salarié-es des entreprises de transport ferroviaire mis en danger par des patrons dont la seule préoccupation est le fric qu’ils empochent !

Le décret sur l’organisation et le temps de travail doit avoir comme base minimale

la réglementation du travail et le Statut de l’entreprise ferroviaire publique, la SNCF.

Les négociations de la future Convention Collective Nationale (CCN) du secteur ferroviaire entrent dans une nouvelle phase, abordant désormais cette même question de l’organisation et du temps de travail. Parallèlement, la direction SNCF veut reprendre les accords d’entreprise, dont celui sur les 35 heures.

Dans leurs projets, les patrons n’ont qu’un but : s’attaquer à nos droits, nous faire travailler plus et dans des conditions plus dangereuses pour notre santé et pour la sécurité des circulations ferroviaires ; leur seul intérêt est d’augmenter la productivité de toutes celles et tous ceux qui travaillent dans le secteur ferroviaire, pour que la privatisation généralisée rapporte toujours plus aux actionnaires et aux banquiers. C’est inacceptable, il n’est pas question de négocier des reculs sociaux.

​_______________________________________________________________________________________

Depuis le début SUD-Rail a placé sous le contrôle des travailleurs  les négociations !

Le 13 avril 500 cheminots et cheminotes se sont invités à la table des décideurs !

Nous estimons que ce sont celles et ceux qui travaillent : NOUS ! Pas les patrons qui sommes mieux

placés pour négocier sur les conditions de travail, le temps de travail, et l’organisation du travail, …

Imposons des négociations sur la base de nos revendications !

​_____________________________________________________________________

Par la grève, faisons échec à la casse du Code du travail, améliorons nos droits !

Un fort mouvement de refus du projet de loi Travail existe dans tout le pays : grèves, manifestations, rassemblements, etc., les initiatives sont diverses et nombreuses. Dans le cadre de notre Union syndicale Solidaires, les syndicats SUD-Rail y participent pleinement. L’intersyndicale nationale (CGT, FO, Solidaires, FSU) appelle à une nouvelle journée de grève et de manifestations le jeudi 28 avril.

​______________________________________________________________________________________

A NOUS DE JOUER !  Le 26 Avril

                       Dans les Assemblées Générales, avec les cheminots, décidons ensemble de    

     l’organisation du mouvement reconductible pour gagner nos futures conditions de travail !
 

[Télécharger le tract] pdf.gif

Fermer Fermer


 
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...