Recherche
 
Fermer
Connection

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


    visiteurs
    visiteurs en ligne

  Nombre de membres 127 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
 
Recherche
 
Fermer
 
Libre service
Les sections
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
63 Abonnés
Calendrier
Les nouvelles

Pendant que quelques député-es débattent de la loi…
…des milliers de cheminot-es poursuivent la grève

 

L’examen  du  projet  de  loi  à  l’Assemblée  Nationale  est  prévu  jusqu’à  vendredi  ou  mardi.  Nous  rejetons  ce  projet,  mais  nous dénonçons aussi la désorganisation mise en place depuis 1997 et la gestion sauce Pépy. D’autres secteurs sont en grève et les usagers ne sont pas celles et ceux que dépeignent les médias. L’unification des luttes est nécessaire pour gagner.

 

Qui est légitime pour défendre le service public et nos conditions de travail ?

Une  poignée  de  députés  fait  marcher  les  institutions  en  discutant  de  notre  avenir.  Ce  n’est  pas  la  démocratie.  Les premiers  concernés,  c’est-à-dire  les  cheminots  et  l’ensemble  de  la  population,  sont  hors-jeu.  Que  le  projet  de  loi  soit validé en première lecture, pour nous, il n’a jamais été question d’en rester là : nous refusons ce projet, mais nous ne voulons pas ce que nous combattons depuis 17 ans (la casse de la SNCF par la création de RFF) et nous ne voulons pas, non plus, continuer à subir les conséquences des restructurations décidées par G. Pépy et ses troupes.

  • Réintégration de l’ensemble du système ferroviaire dans une seule entreprise publique.
  • Arrêt de l’éclatement de l’entreprise SNCF qui détruit le service public et brise des vies.
  • Annulation de la dette imposée depuis des années aux entreprises publiques ferroviaires.
  • Maintien du RH 0077 et du Statut, qu’il faut améliorer et étendre à tous les salarié-es dusecteur ferroviaire.

 

Le calendrier parlementaire

L’examen  du  projet  de  loi  à  l’Assemblée  Nationale  est prévu  jusqu’à  vendredi  ou  mardi.  Début  juillet,  il  sera  à l’ordre du jour du Sénat. Ensuite, une Commission Mixte Paritaire  avec  quelques  membres  des  deux  Chambres  se réunira,  puis   ce  sera  la  deuxième  lecture,  (définitive puisque  le  gouvernement  a  décidé  de  mettre  en  œuvre  la « procédure accélérée »), à l’Assemblée Nationale.

La retransmission des débats à l’Assemblée Nationale ou au Sénat est  toujours  un  aveu  terrible  de  ce  qu’est  cette  démocratie :  une très grande majorité des « élu-es de la Nation » est absente. Ca ne les  empêche  pas  de  donner  leur  avis  sur  notre  grève  sur  tous  les médias. Ils et elles n’auront pas de retenue pour leurs absences…qui ne perturbent d’ailleurs nullement l’activité du pays. A croire qu’il y a des métiers plus ou moins utiles…

 

Manifestations interprofessionnelles pour aller vers l’unification de nos luttes

Des manifestations interprofessionnelles sont organisées, hier, aujourd’hui et demain, dans de nombreux départements. Elles sont organisées par CGT et SUD-Rail-Solidaires (avec parfois FO et FSU). Marquer un soutien à notre grève est déjà très important, mais il ne s’agit pas que de ça : il faut unifier nos luttes ! Nous savons que la convergence des luttes ne se décrète pas. Ainsi, nous cheminot-es n’avons pas réussi à nous mettre en mouvement lorsque d’autres secteurs étaient en grève. Aujourd’hui, la grève ne touche pas que la SNCF : il y a les  intermittent-es du spectacle, il y a le personnel hospitalier, il y a les postier-es (à Paris,   dans   l’Essonne,   les   Hauts-de-Seine,   le   Val-de-Marne,   la   Loire-Atlantique, l’Isère, le Loiret, le Cher, l’Arriège, la Sarthe…), il y a la bataille contre les nouveaux rythmes scolaires, etc.

 

Il y aurait d’autres usagers que ceux de TF1 et compagnie ?

C’est ce  que  confirment les  initiatives prises dans  de nombreuses villes par des collectifs  d’usagers, soutenues par les unions syndicales interprofessionnelles Solidaires et CGT : les diffusions de tracts, les discussions, les actions montrent une solidarité entre travailleurs, une compréhension de notre grève, bien loin de la caricature des médias.

 

Unité pour gagner !


SUD-Rail  appelle  à  maintenir  l’unité  des  grévistes,  l’unité  interfédérale  CGT/SUD-Rail.  Ne  tombons  pas  dans  les provocations à la division de ceux qui mettent en avant de prétendues « avancées ». Unité des assemblées générales !

 

Déclarations individuelles d'intention (DII ou D2I)   à télécharger   pdf.gifici

 

 Le 18 juin, toutes les assemblées générales ont reconduit le mouvement pour 24 heures.

Programme du Jeudi 19-06

  • Assemblées Générales des différents services
  • 10h30 : rendez-vous Poste F de Sotteville
  • 10h45 départ en cortège de voitures
  • ...

 

  • Sotteville: Réunions intersyndicales: tous les jours à 17h.

 

 

SUD_Rail1.gif  

Lire la suite Lire la suite

Pendant que quelques député-es débattent de la loi…
…des milliers de cheminot-es poursuivent la grève

 

L’examen  du  projet  de  loi  à  l’Assemblée  Nationale  est  prévu  jusqu’à  vendredi  ou  mardi.  Nous  rejetons  ce  projet,  mais  nous dénonçons aussi la désorganisation mise en place depuis 1997 et la gestion sauce Pépy. D’autres secteurs sont en grève et les usagers ne sont pas celles et ceux que dépeignent les médias. L’unification des luttes est nécessaire pour gagner.

 

Qui est légitime pour défendre le service public et nos conditions de travail ?

Une  poignée  de  députés  fait  marcher  les  institutions  en  discutant  de  notre  avenir.  Ce  n’est  pas  la  démocratie.  Les premiers  concernés,  c’est-à-dire  les  cheminots  et  l’ensemble  de  la  population,  sont  hors-jeu.  Que  le  projet  de  loi  soit validé en première lecture, pour nous, il n’a jamais été question d’en rester là : nous refusons ce projet, mais nous ne voulons pas ce que nous combattons depuis 17 ans (la casse de la SNCF par la création de RFF) et nous ne voulons pas, non plus, continuer à subir les conséquences des restructurations décidées par G. Pépy et ses troupes.

  • Réintégration de l’ensemble du système ferroviaire dans une seule entreprise publique.
  • Arrêt de l’éclatement de l’entreprise SNCF qui détruit le service public et brise des vies.
  • Annulation de la dette imposée depuis des années aux entreprises publiques ferroviaires.
  • Maintien du RH 0077 et du Statut, qu’il faut améliorer et étendre à tous les salarié-es dusecteur ferroviaire.

 

Le calendrier parlementaire

L’examen  du  projet  de  loi  à  l’Assemblée  Nationale  est prévu  jusqu’à  vendredi  ou  mardi.  Début  juillet,  il  sera  à l’ordre du jour du Sénat. Ensuite, une Commission Mixte Paritaire  avec  quelques  membres  des  deux  Chambres  se réunira,  puis   ce  sera  la  deuxième  lecture,  (définitive puisque  le  gouvernement  a  décidé  de  mettre  en  œuvre  la « procédure accélérée »), à l’Assemblée Nationale.

La retransmission des débats à l’Assemblée Nationale ou au Sénat est  toujours  un  aveu  terrible  de  ce  qu’est  cette  démocratie :  une très grande majorité des « élu-es de la Nation » est absente. Ca ne les  empêche  pas  de  donner  leur  avis  sur  notre  grève  sur  tous  les médias. Ils et elles n’auront pas de retenue pour leurs absences…qui ne perturbent d’ailleurs nullement l’activité du pays. A croire qu’il y a des métiers plus ou moins utiles…

 

Manifestations interprofessionnelles pour aller vers l’unification de nos luttes

Des manifestations interprofessionnelles sont organisées, hier, aujourd’hui et demain, dans de nombreux départements. Elles sont organisées par CGT et SUD-Rail-Solidaires (avec parfois FO et FSU). Marquer un soutien à notre grève est déjà très important, mais il ne s’agit pas que de ça : il faut unifier nos luttes ! Nous savons que la convergence des luttes ne se décrète pas. Ainsi, nous cheminot-es n’avons pas réussi à nous mettre en mouvement lorsque d’autres secteurs étaient en grève. Aujourd’hui, la grève ne touche pas que la SNCF : il y a les  intermittent-es du spectacle, il y a le personnel hospitalier, il y a les postier-es (à Paris,   dans   l’Essonne,   les   Hauts-de-Seine,   le   Val-de-Marne,   la   Loire-Atlantique, l’Isère, le Loiret, le Cher, l’Arriège, la Sarthe…), il y a la bataille contre les nouveaux rythmes scolaires, etc.

 

Il y aurait d’autres usagers que ceux de TF1 et compagnie ?

C’est ce  que  confirment les  initiatives prises dans  de nombreuses villes par des collectifs  d’usagers, soutenues par les unions syndicales interprofessionnelles Solidaires et CGT : les diffusions de tracts, les discussions, les actions montrent une solidarité entre travailleurs, une compréhension de notre grève, bien loin de la caricature des médias.

 

Unité pour gagner !


SUD-Rail  appelle  à  maintenir  l’unité  des  grévistes,  l’unité  interfédérale  CGT/SUD-Rail.  Ne  tombons  pas  dans  les provocations à la division de ceux qui mettent en avant de prétendues « avancées ». Unité des assemblées générales !

 

Déclarations individuelles d'intention (DII ou D2I)   à télécharger   pdf.gifici

 

 Le 18 juin, toutes les assemblées générales ont reconduit le mouvement pour 24 heures.

Programme du Jeudi 19-06

  • Assemblées Générales des différents services
  • 10h30 : rendez-vous Poste F de Sotteville
  • 10h45 départ en cortège de voitures
  • ...

 

  • Sotteville: Réunions intersyndicales: tous les jours à 17h.

 

 

SUD_Rail1.gif  

Fermer Fermer


 
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...