Recherche
 
Fermer
Connection

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


    visiteurs
    visiteurs en ligne

  Nombre de membres 127 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
 
Recherche
 
Fermer
 
Libre service
Les sections
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
64 Abonnés
Calendrier
Les nouvelles

St_Laz.jpg

 

Un conducteur de train de la gare

de Paris St Lazare agressé :

l’agression de trop !

 


 
Après  une  seconde  agression  violente  depuis  le  début  de  l’année 2014 et face à une direction ne répondant pas à ses obligations de protection  des  cheminots,  mais  aussi  des  usagers,  les  agents  de conduite  de  la  région  de  Paris  St  Lazare,  soutenus  par  SUD-Rail, ont  décidé  de  cesser  spontanément  le  travail  afin  d’obtenir  des mesures  concrètes  et  pérennes  pour  garantir  la  sûreté  dans  les gares et à bord des trains.
 
Le  mardi  20  janvier,  dans  la  soirée,  en  gare  de  Paris  St  Lazare,  un  Agent  de Conduite  de  la  SNCF  a  encore  été  victime  d’une  violente  agression  montrant  une nouvelle  fois  la  défaillance  de  l’entreprise  pour  répondre  à  son  obligation  de protection  des  usagers  et  de  ses  personnels.  Cette  agression  fait  suite  à  une première  agression  dont  fût  déjà  victime  un  autre  Conducteur  depuis  le  début  de l’année 2014.  
 
A  l’initiative  de  SUD-Rail,  ce  matin du 21 janvier, dès  09h00,  la  direction  locale  fût  contrainte  de recevoir les  représentants des  conducteurs de  la région  de  Paris  St  Lazare.  Cette rencontre fût l’occasion de rappeler que la sûreté des agents SNCF, c’est aussi la sûreté des usagers. C’est aussi en ce sens que la direction SNCF porte une lourde responsabilité  en  ne  répondant  pas  à  ses  obligations,  en  ne  proposant  que  des renforts temporaires et en se drapant de vertu derrière des effets d’annonce sur des modification sur le matériel roulant, décision prise depuis des mois. La direction porte également  la  responsabilité  des  difficultés  rencontrées  par  les  cheminots  victimes d’agression pour être reconnus victimes d’un accident du travail.
 
Face à l’absence de réponses concrètes et pérennes pour garantir la sûreté dans les gares  et  à  bord  des  trains,  les  personnels  de  conduite,  soutenu  par  leur  syndicat SUD-Rail, ont donc décidé de cesser spontanément le travail afin d’être entendu par une direction, jusqu’alors sourde et aveugle.

 

SUD_Rail1.gif  

Lire la suite Lire la suite

St_Laz.jpg

 

Un conducteur de train de la gare

de Paris St Lazare agressé :

l’agression de trop !

 


 
Après  une  seconde  agression  violente  depuis  le  début  de  l’année 2014 et face à une direction ne répondant pas à ses obligations de protection  des  cheminots,  mais  aussi  des  usagers,  les  agents  de conduite  de  la  région  de  Paris  St  Lazare,  soutenus  par  SUD-Rail, ont  décidé  de  cesser  spontanément  le  travail  afin  d’obtenir  des mesures  concrètes  et  pérennes  pour  garantir  la  sûreté  dans  les gares et à bord des trains.
 
Le  mardi  20  janvier,  dans  la  soirée,  en  gare  de  Paris  St  Lazare,  un  Agent  de Conduite  de  la  SNCF  a  encore  été  victime  d’une  violente  agression  montrant  une nouvelle  fois  la  défaillance  de  l’entreprise  pour  répondre  à  son  obligation  de protection  des  usagers  et  de  ses  personnels.  Cette  agression  fait  suite  à  une première  agression  dont  fût  déjà  victime  un  autre  Conducteur  depuis  le  début  de l’année 2014.  
 
A  l’initiative  de  SUD-Rail,  ce  matin du 21 janvier, dès  09h00,  la  direction  locale  fût  contrainte  de recevoir les  représentants des  conducteurs de  la région  de  Paris  St  Lazare.  Cette rencontre fût l’occasion de rappeler que la sûreté des agents SNCF, c’est aussi la sûreté des usagers. C’est aussi en ce sens que la direction SNCF porte une lourde responsabilité  en  ne  répondant  pas  à  ses  obligations,  en  ne  proposant  que  des renforts temporaires et en se drapant de vertu derrière des effets d’annonce sur des modification sur le matériel roulant, décision prise depuis des mois. La direction porte également  la  responsabilité  des  difficultés  rencontrées  par  les  cheminots  victimes d’agression pour être reconnus victimes d’un accident du travail.
 
Face à l’absence de réponses concrètes et pérennes pour garantir la sûreté dans les gares  et  à  bord  des  trains,  les  personnels  de  conduite,  soutenu  par  leur  syndicat SUD-Rail, ont donc décidé de cesser spontanément le travail afin d’être entendu par une direction, jusqu’alors sourde et aveugle.

 

SUD_Rail1.gif  

Fermer Fermer


 
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...