Recherche
 
Fermer
Connection

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


    visiteurs
    visiteurs en ligne

  Nombre de membres 126 membres
Connectés :
membressudrailnormandie
 
Recherche
 
Fermer
 
Libre service
Les sections
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
64 Abonnés
Calendrier
Les nouvelles

COMMUNIQUÉ: Dégradation de la Sécurité ferroviaire
 


L’intervention du Directeur de la SNCF, Mr Pépy, mercredi 9 octobre 2013 sur France Info, concernant les suites de l’accident ferroviaire de Brétigny-sur-Orge, oblige la fédération SUD-Rail à réagir.
Les propos tenus par le Président de la SNCF ne traduisent pas la réalité quant aux conséquences sur la sécurité, suite aux politiques productivistes menées par la Direction de la SNCF ces dernières années. Selon Mr Pépy, "il n'y a pas et il n'y aura pas d'économies à la SNCF sur la sécurité" et "la SNCF fait de la productivité, mais jamais sur la sécurité".
En affirmant cela, Mr PEPY cache la vérité !   La fédération SUD-Rail l'a interpellé par courrier à plusieurs reprises sur le sujet,  ceux-ci rappellent les incessantes restructurations (augmentation importante des parcours de surveillance des brigades voies, baisse continuelle des effectifs). Et cela n’est évidemment pas sans conséquences sur l’organisation de la maintenance, de la sécurité des cheminot-es et des circulations ferroviaires.
Lors de cette interview, Mr Pépy a  été interpellé à 3 reprises sur la diminution importante des effectifs dans les équipes de surveillance de la voie ferrée ces dernières années. Par 3 reprises le Directeur de la SNCF a évité le sujet. Et pour cause. La Direction SNCF a fait le choix d'appliquer une politique libérale de casse des effectifs d’exécution impactant les parcours.
« Le rapport de la cour des comptes de juillet 2012 est sans appel »
 « L’entretien du réseau national ferroviaire » devant la commission des finances du sénat, « les effectifs de SNCF-Infra ont connu une forte diminution, à l’instar de celle des effectifs globaux de la SNCF : entre 2000 et 2010, hors périmètre de la circulation ferroviaire, les effectifs de la branche ont diminué de près de 10 % (passant de 42 000 à 37 000 agents). L’activité « Infrastructure Maintenance et Travaux », qui représente 80 % des effectifs de la branche, a vu ses effectifs diminuer de 12 % (passant de 34 000 à 29 600 agents). Cette diminution a touché prioritairement les métiers de la voie (-19 %), de la caténaire (-16 %) et de la signalisation électrique (-13 %). Inversement, les métiers d’encadrement ont vu leurs effectifs augmenter pour faire face aux exigences de chantiers plus massifiés et plus complexes
Ces chiffres sont bien significatifs. Au cours des 10 dernières années, ce sont la moitié des effectifs des brigades de surveillance des voies qui ont été supprimés (il suffit de comparer les listings du personnel des brigades ces 10 dernières années ...). Les effets de cette politique de suppression d’effectifs ont un impact évident sur la sécurité du personnel et des circulations.
Résultat : le manque d’effectif dans les équipes de parcours ne permet plus d'assurer un suivi préventif et d’interventions ponctuelles.
Pour la fédération SUD-Rail, il est clair que les politiques drastiques appliquées par la SNCF et Réseau Ferré de France ont entraîné une situation qui a affaibli la sécurité du réseau ferré dans tous les domaines.
Dans cette interview, Mr Pépy compare  le coût de pose d’un appareil de voie, 500 000 euros, au prix d’une maison ! Nous faisons remarquer à Mr Pépy que la grande majorité des usagers de la SNCF n'habitent manifestement pas dans le même quartier que lui !
Dans le dernier courrier de la Fédération SUD-Rail du 12 septembre 2013 adressé à Mr Pépy et relatif à la sécurité des circulations ferroviaires, nous invitions Mr Pépy, à venir constater de visu avec nous sur le terrain dans quelles conditions les trains circulent depuis des années sur certaines portions de ligne et dans quel environnement de travail dégradé, les agents des parcours continuent malgré tout à effectuer leurs missions de surveillance.
Mr Pepy n’a pas dénié répondre à notre courrier.
Nous lui renouvelons cependant notre invitation afin qu’il puisse prendre la mesure des dégâts occasionnés par la politique appliquée ces dernières années par la Direction SNCF.

 


pdf.gif Lire/Télécharger le communiqué
 

 

SUD_Rail1.gif  

Lire la suite Lire la suite


COMMUNIQUÉ: Dégradation de la Sécurité ferroviaire
 


L’intervention du Directeur de la SNCF, Mr Pépy, mercredi 9 octobre 2013 sur France Info, concernant les suites de l’accident ferroviaire de Brétigny-sur-Orge, oblige la fédération SUD-Rail à réagir.
Les propos tenus par le Président de la SNCF ne traduisent pas la réalité quant aux conséquences sur la sécurité, suite aux politiques productivistes menées par la Direction de la SNCF ces dernières années. Selon Mr Pépy, "il n'y a pas et il n'y aura pas d'économies à la SNCF sur la sécurité" et "la SNCF fait de la productivité, mais jamais sur la sécurité".
En affirmant cela, Mr PEPY cache la vérité !   La fédération SUD-Rail l'a interpellé par courrier à plusieurs reprises sur le sujet,  ceux-ci rappellent les incessantes restructurations (augmentation importante des parcours de surveillance des brigades voies, baisse continuelle des effectifs). Et cela n’est évidemment pas sans conséquences sur l’organisation de la maintenance, de la sécurité des cheminot-es et des circulations ferroviaires.
Lors de cette interview, Mr Pépy a  été interpellé à 3 reprises sur la diminution importante des effectifs dans les équipes de surveillance de la voie ferrée ces dernières années. Par 3 reprises le Directeur de la SNCF a évité le sujet. Et pour cause. La Direction SNCF a fait le choix d'appliquer une politique libérale de casse des effectifs d’exécution impactant les parcours.
« Le rapport de la cour des comptes de juillet 2012 est sans appel »
 « L’entretien du réseau national ferroviaire » devant la commission des finances du sénat, « les effectifs de SNCF-Infra ont connu une forte diminution, à l’instar de celle des effectifs globaux de la SNCF : entre 2000 et 2010, hors périmètre de la circulation ferroviaire, les effectifs de la branche ont diminué de près de 10 % (passant de 42 000 à 37 000 agents). L’activité « Infrastructure Maintenance et Travaux », qui représente 80 % des effectifs de la branche, a vu ses effectifs diminuer de 12 % (passant de 34 000 à 29 600 agents). Cette diminution a touché prioritairement les métiers de la voie (-19 %), de la caténaire (-16 %) et de la signalisation électrique (-13 %). Inversement, les métiers d’encadrement ont vu leurs effectifs augmenter pour faire face aux exigences de chantiers plus massifiés et plus complexes
Ces chiffres sont bien significatifs. Au cours des 10 dernières années, ce sont la moitié des effectifs des brigades de surveillance des voies qui ont été supprimés (il suffit de comparer les listings du personnel des brigades ces 10 dernières années ...). Les effets de cette politique de suppression d’effectifs ont un impact évident sur la sécurité du personnel et des circulations.
Résultat : le manque d’effectif dans les équipes de parcours ne permet plus d'assurer un suivi préventif et d’interventions ponctuelles.
Pour la fédération SUD-Rail, il est clair que les politiques drastiques appliquées par la SNCF et Réseau Ferré de France ont entraîné une situation qui a affaibli la sécurité du réseau ferré dans tous les domaines.
Dans cette interview, Mr Pépy compare  le coût de pose d’un appareil de voie, 500 000 euros, au prix d’une maison ! Nous faisons remarquer à Mr Pépy que la grande majorité des usagers de la SNCF n'habitent manifestement pas dans le même quartier que lui !
Dans le dernier courrier de la Fédération SUD-Rail du 12 septembre 2013 adressé à Mr Pépy et relatif à la sécurité des circulations ferroviaires, nous invitions Mr Pépy, à venir constater de visu avec nous sur le terrain dans quelles conditions les trains circulent depuis des années sur certaines portions de ligne et dans quel environnement de travail dégradé, les agents des parcours continuent malgré tout à effectuer leurs missions de surveillance.
Mr Pepy n’a pas dénié répondre à notre courrier.
Nous lui renouvelons cependant notre invitation afin qu’il puisse prendre la mesure des dégâts occasionnés par la politique appliquée ces dernières années par la Direction SNCF.

 


pdf.gif Lire/Télécharger le communiqué
 

 

SUD_Rail1.gif  

Fermer Fermer


 
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...