SUD-Rail Normandie - Toutes les nouvelles
  
Vous êtes ici :   Accueil » Toutes les nouvelles
Espace Membres

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


    visiteurs
    visiteurs en ligne

  Nombre de membres 136 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Libre service
Les sections
Toutes les nouvelles

eek Rassemblement à 11h00 devant le siège de la SNCF eek

rolleyes Jeudi 29 mars 2012 rolleyes

pdf.gif Lire/Télécharger le tract

 

Le Président du groupe SNCF doit des explications au Président de l’Epic SNCF pour rassurer les cadres de l’Epic.


 
Depuis septembre 2011 et la fameuse réorganisation de « la gouvernance de la DRH », le posistionnement de la direction des cadres  au  sein  du  groupe,  mais  en  dehors  de  l’Epic  SNCF    n’augurait    rien  de  bon  pour  les  cadres  au  statut  de l’Epic ♦ Accroissement du recrutement de contractuels, création d’une « BEC groupe », les menaces se font désormais de plus en plus précises pour l’avenir des  cadres au sein de l’EPIC ♦ La fédération SUD-Rail appelle les cheminot-es maitrises et cadres à se rassembler avec l’UFCM-CGT et l’UNSA le 29 mars à 11h00 à l'issue du Conseil d'Administration pour demander des explications au président Pépy ♦
 
 
La direction des cadres transférée de l’EPIC SNCF au groupe SNCF en 2011… 
  
Le Comité Central d’Entreprise du 13 septembre 2011 a été informé de la création, effective depuis le 1 er  septembre d’une  Direction  Générale  Déléguée  Cohésion  et  Ressources  Humaines  au  niveau  du  Groupe  SNCF.  Cette nouvelle entité absorbe une part importante des attributions jusque là dévolues à la DRH de l’entreprise SNCF (l’EPIC)  :  l’évolution  des  métiers  et  de  l’emploi,  la  direction  des  cadres  et  cadres  supérieurs,  la  stratégie  et l’ingénierie  sociale  et  des  fonctions  d’appui.  Comme  l’ont  dit les  fédérations  cheminotes   dans  une  déclaration unitaire,  cette  nouvelle  organisation  désintègre  la  DRH  de  l’entreprise  SNCF,  lui  retire  tous  ses  rôles essentiels, la réduit à un pôle d’appui sans pouvoir décisionnel. 
 
Il s’agit de noyer le cadre statutaire et la réglementation du travail SNCF dans un espace plus vaste, pour l’affaiblir ; c’est aussi un pas de plus vers la constitution d’une « holding SNCF » constituée d’entités multiples et prêtes à être privatisées.
 
Le transfert de la "direction des cadres  et cadres supérieurs" vers le groupe SNCF aura des conséquences bien concrètes. 

 

  • Fin 2012 une Bourse de l'emploi GROUPE se substituerait à la bourse actuelle.
  • Disparition définitive du rôle des régions.
  • Evolution du processus de validations de potentiel cadres (F G H) 
  • Développement des parcours obligatoires en filiale.

 
Clairement, ce projet provoquera inévitablement un accroissement de la mobilité géographique, l'apparition d’un double statut, le  cantonnement des  salarié-e-s  dans  une  activité/branche  et  et  bien  évidemment  modification  du  chapitre  6  du statut. Autant d’éléments qui se rajouteront aux blocages constatés lors des notations. Cette méthode, qui n’est pas nouvelle, aura des conséquences graves: outre les pertes de repères occasionnées, c'est encore  une remise en cause permanente de nos compétences et de nos acquis sociaux.

G.Pepy  prépare  des  changements  organisationnels    majeurs  qui  vont  accentuer  la souffrance au travail de l'encadrement ! 
 
Sans attendre les suites des assises ferrovaires qui auront un impact sur l'organisation du système ferroviaire et donc de l'EPIC SNCF, la direction de l’entreprise lance déjà des ballons d’essais :

 

  • SNCF interservices (S.I.S)

 
La société SNCF inter services, filiale à 100% SNCF recrute des cadres et les envoie dans des sociétés du groupe  ou  l’Epic  SNCF.  La    présidente  de  cette  filiale  n’est  ni  plus  ni  moins  que…la  directrice  des cadres ! Les cadres de cette  société sont soumis à la convention collective du transport routier. A terme la direction des cadres et cette société ne feront-ils pas une seule entité ?

 

  • Bientôt des sociétés pour le TER ?

 
Sans  information,  ni  des  Instances  Représentatives  du  Personnel,  ni  du  Conseil  d’Administration,  la direction SNCF avance dans une refonte de la « régionalisation » de l’entreprise. Les Régions Bretagne et Limousin serviraient de tests pour une autonomisation de ces  structures. 

 

  • Le « prêt de main d’œuvre », un outil à bon compte pour accroître la mobilité 

 
Le 22 mars 2012, le Comité Central d’Entreprise a été consulté sur la politique de mise à disposition de personnel.  Jusqu’a  présent  le  « prêt  de  main  à  but  non  lucratif »  servait  à  régler  la  situation  d’un  bon millier de cadres en détachement dans les filiales du groupe (ou hors groupe). Désormais, il y a une réelle volonté de la part de G.Pepy «d’accroître les échanges entre l’EPIC SNCF et les sociétés du groupe».

Au regard des décisions sur la politique RH et la création de filiales, l’UFCM-CGT, l’UNSA et SUD Rail appellent les Cheminots Maîtrises et Cadres à s’inscrire dans une démarche revendicative qui se traduira par leur rassemblement devant le siège de la SNCF, LE 29 MARS PROCHAIN A 11H, à l’occasion du Conseil d’Administration.
 
Au cours de ce rassemblement, des délégations de l’UFCM-CGT, de l’UNSA et de SUD Rail demanderont à être reçues par le Président de la SNCF pour exiger :
  • L’arrêt de toutes formes de contournement des dispositions statutaires,
  • La remise en perspective du principe de la carrière, le respect des processus de notation, et des rocédures de recrutement au Statut,
  • L’arrêt  des  transferts  des  savoirs  et  savoir-faire  de  l’entreprise  historique  vers  des  structures  de droit privé
  • L'arrêt des expérimentations RH sur les Cadres, en perspective d’une extension à l’ensemble desCheminots à court ou moyen terme (SNCF Interservices).

La fédération des syndicats SUD-Rail  rappelle son attachement au Statut, au respect de ses  dispositions, et à la mise en œuvre d’un dialogue social sortant des éléments de langage, et autres artifices de communication.