Recherche
 
Fermer
Connection

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


    visiteurs
    visiteurs en ligne

  Nombre de membres 127 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
 
Recherche
 
Fermer
 
Libre service
Les sections
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
63 Abonnés
Calendrier
Les nouvelles
Agence famille - le 02/04/2010 10h25

TravauxForces.gif

 
Agence Famille de Rouen/Paris St Lazare :

Dernier rempart contre la précarité en péril !

 
 Lettre ouverte aux cheminot-e-s

La casse de l’entreprise touche les uns après les autres tous les agents, quelque soit la filière, quelque soit le grade. Nul n’est épargné ! (même si certains ont pensé l’être).

La course à la restructuration et à la productivité fait de plus en plus de dégâts, la situation sanitaire se dégrade chaque jour compte tenu des conditions de travail imposées.

 Cette politique d’austérité menée aussi contre nos postes et métiers du périmètre transverse se traduit par une souffrance au travail de plus en plus apparente : relations de plus en plus tendues entre collègues, des pétages de plomb, des arrêts maladie, ou des demandes de mutation vers d’autres établissements où l’herbe est plus verte (ce qu’on espère…).
 

« La charge de travail est en constante augmentation pour l’ensemble du personnel de l’Agence Famille de Rouen/Paris St Lazare.

Les effectifs ne permettent pas de répondre à celle-ci et il est prévu de réduire ces effectifs pour une productivité accrue et purement comptable.

 

Celle-ci détériore toujours plus les conditions de travail et de santé du personnel de l’Agence ; le service aux cheminots et la qualité du travail se dégradent.

Cela n’est plus acceptable. »
 

C’est en ces termes qu’une DCI a été demandée par la CGT et SUD Rail au directeur du management de Rouen le 9 février 2010. La délégation reçue le 12 a informé les collègues de l’Agence sur la teneur des échanges et les propositions de la direction. A la lecture du compte rendu rédigé unilatéralement par la direction, il s’est avéré que les engagements étaient au conditionnel et que les appuis pour palier les absences n’étaient pas repris. N’approuvant pas cette attitude, et de nouveaux faits venant aggraver la situation, le personnel a adressé un courrier à la direction. Une réunion s’est tenue le 8 mars avec l’ensemble de l’Agence, des représentants de la direction régionale et nationale.

 

Depuis quelles solutions la direction a-t-elle apporté pour répondre à l’urgence de la situation ? RIEN !

Rien qui ne peut régler la charge de travail actuelle !

Rien qui ne fait qu’empirer l’état de santé du personnel !

 
 

Quelques rappels rapides concernant la réorganisation de l’Agence et les évolutions auxquelles les agents ont dû s’adapter :

-      La banalisation des dossiers. Ce n’est plus une équipe de gestionnaires dédiée à des établissements qui connaissait sa population, ses agents. A présent tout gestionnaire de l’Agence Famille intervient pour n’importe quel allocataire ou agent de l’entreprise et donc plusieurs gestionnaires peuvent traiter les sollicitations d’un même agent.

-      De nouveaux outils (informatiques) loin de faciliter la tâche et principalement EPICEA : La dématérialisation depuis fin décembre 2008, numérisation des dossiers et disparition des dossiers papiers, gestion électronique, gestion de la relation client …

-      Des adaptations continues de ces outils avec un réseau informatique aux déficiences récurrentes, des bugs, des plantages qui pourrissent le traitement des dossiers et une qualité de travail catastrophique…

Sans oublier :

-      La casse de l’entreprise intégrée et l’ouverture à la concurrence

-      Les réorganisations des établissements, les suppressions de postes,

-      Un cadre d’organisation qui ne répond pas à la charge de travail,

-      La réduction des effectifs (EPICEA c’est moins 10 agents dans les Agences Famille en 2009)

-      Un grand nombre de personnel en reconversion, perte des savoirs, professionnalisation accrue,

-      Nouvelles lois et autres mesures ministérielles, Cour des Comptes et plus de contrôles,

-      Externalisation de la Caisse de Prévoyance et Retraite,

 

… et un service toujours plus éloigné à rendre à nos collègues cheminots,

C’est la déshumanisation !
 
 

La création des Agences Famille était destinée à professionnaliser le métier, désormais il nous est reproché d’être trop professionnels et de vouloir faire de la surqualité.

 

Aujourd’hui, pour les cheminot-e-s les demandes s’accumulent, le retard devient conséquent pour le traitement de leurs dossiers.

 

Les gestionnaires de l’Agence famille souhaitent, dans l’attente d’un effectif au complet, une diminution des plages d’accueil téléphonique pour permettre de résorber le retard dans le traitement des dossiers. Réponse de la direction : augmentation des plages d’accueil ! L’important pour elle c’est que les appels soient pris en charge à 80% au moins, pas que vos dossiers soient traités !

 

Aujourd’hui pour la direction, l’important c’est d’atteindre des objectifs irréalisables avec des moyens humains insuffisants, d’avoir des statistiques irréprochables quelque soit la manière dont est fait le travail, quelque soit le stress et les dégâts causés au plan humain (arrêts de travail, prise en charge par des psys, tension permanente, pétages de plombs, …)

 
 

La situation humaine est catastrophique.

La souffrance au travail n’est plus un vain mot

mais une réalité que les agents vivent au quotidien.

 
 

C’est un véritable signal d’alarme !

 
 
 

Pour toute réclamation concernant vos dossiers en souffrance, écrivez à :

Monsieur Philippe LEFEVRE
Directeur du Management
19 rue de l’Avalasse
BP 696
76008 ROUEN

Lire la suite Lire la suite

TravauxForces.gif

 
Agence Famille de Rouen/Paris St Lazare :

Dernier rempart contre la précarité en péril !

 
 Lettre ouverte aux cheminot-e-s

La casse de l’entreprise touche les uns après les autres tous les agents, quelque soit la filière, quelque soit le grade. Nul n’est épargné ! (même si certains ont pensé l’être).

La course à la restructuration et à la productivité fait de plus en plus de dégâts, la situation sanitaire se dégrade chaque jour compte tenu des conditions de travail imposées.

 Cette politique d’austérité menée aussi contre nos postes et métiers du périmètre transverse se traduit par une souffrance au travail de plus en plus apparente : relations de plus en plus tendues entre collègues, des pétages de plomb, des arrêts maladie, ou des demandes de mutation vers d’autres établissements où l’herbe est plus verte (ce qu’on espère…).
 

« La charge de travail est en constante augmentation pour l’ensemble du personnel de l’Agence Famille de Rouen/Paris St Lazare.

Les effectifs ne permettent pas de répondre à celle-ci et il est prévu de réduire ces effectifs pour une productivité accrue et purement comptable.

 

Celle-ci détériore toujours plus les conditions de travail et de santé du personnel de l’Agence ; le service aux cheminots et la qualité du travail se dégradent.

Cela n’est plus acceptable. »
 

C’est en ces termes qu’une DCI a été demandée par la CGT et SUD Rail au directeur du management de Rouen le 9 février 2010. La délégation reçue le 12 a informé les collègues de l’Agence sur la teneur des échanges et les propositions de la direction. A la lecture du compte rendu rédigé unilatéralement par la direction, il s’est avéré que les engagements étaient au conditionnel et que les appuis pour palier les absences n’étaient pas repris. N’approuvant pas cette attitude, et de nouveaux faits venant aggraver la situation, le personnel a adressé un courrier à la direction. Une réunion s’est tenue le 8 mars avec l’ensemble de l’Agence, des représentants de la direction régionale et nationale.

 

Depuis quelles solutions la direction a-t-elle apporté pour répondre à l’urgence de la situation ? RIEN !

Rien qui ne peut régler la charge de travail actuelle !

Rien qui ne fait qu’empirer l’état de santé du personnel !

 
 

Quelques rappels rapides concernant la réorganisation de l’Agence et les évolutions auxquelles les agents ont dû s’adapter :

-      La banalisation des dossiers. Ce n’est plus une équipe de gestionnaires dédiée à des établissements qui connaissait sa population, ses agents. A présent tout gestionnaire de l’Agence Famille intervient pour n’importe quel allocataire ou agent de l’entreprise et donc plusieurs gestionnaires peuvent traiter les sollicitations d’un même agent.

-      De nouveaux outils (informatiques) loin de faciliter la tâche et principalement EPICEA : La dématérialisation depuis fin décembre 2008, numérisation des dossiers et disparition des dossiers papiers, gestion électronique, gestion de la relation client …

-      Des adaptations continues de ces outils avec un réseau informatique aux déficiences récurrentes, des bugs, des plantages qui pourrissent le traitement des dossiers et une qualité de travail catastrophique…

Sans oublier :

-      La casse de l’entreprise intégrée et l’ouverture à la concurrence

-      Les réorganisations des établissements, les suppressions de postes,

-      Un cadre d’organisation qui ne répond pas à la charge de travail,

-      La réduction des effectifs (EPICEA c’est moins 10 agents dans les Agences Famille en 2009)

-      Un grand nombre de personnel en reconversion, perte des savoirs, professionnalisation accrue,

-      Nouvelles lois et autres mesures ministérielles, Cour des Comptes et plus de contrôles,

-      Externalisation de la Caisse de Prévoyance et Retraite,

 

… et un service toujours plus éloigné à rendre à nos collègues cheminots,

C’est la déshumanisation !
 
 

La création des Agences Famille était destinée à professionnaliser le métier, désormais il nous est reproché d’être trop professionnels et de vouloir faire de la surqualité.

 

Aujourd’hui, pour les cheminot-e-s les demandes s’accumulent, le retard devient conséquent pour le traitement de leurs dossiers.

 

Les gestionnaires de l’Agence famille souhaitent, dans l’attente d’un effectif au complet, une diminution des plages d’accueil téléphonique pour permettre de résorber le retard dans le traitement des dossiers. Réponse de la direction : augmentation des plages d’accueil ! L’important pour elle c’est que les appels soient pris en charge à 80% au moins, pas que vos dossiers soient traités !

 

Aujourd’hui pour la direction, l’important c’est d’atteindre des objectifs irréalisables avec des moyens humains insuffisants, d’avoir des statistiques irréprochables quelque soit la manière dont est fait le travail, quelque soit le stress et les dégâts causés au plan humain (arrêts de travail, prise en charge par des psys, tension permanente, pétages de plombs, …)

 
 

La situation humaine est catastrophique.

La souffrance au travail n’est plus un vain mot

mais une réalité que les agents vivent au quotidien.

 
 

C’est un véritable signal d’alarme !

 
 
 

Pour toute réclamation concernant vos dossiers en souffrance, écrivez à :

Monsieur Philippe LEFEVRE
Directeur du Management
19 rue de l’Avalasse
BP 696
76008 ROUEN

Fermer Fermer


 
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...