Vous êtes ici :   Accueil » Toutes les nouvelles
Espace Membres

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


    visiteurs
    visiteurs en ligne

  Nombre de membres 136 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Libre service
Les sections
Toutes les nouvelles

La grève reconductible reste indispensable pour gagner
 
Au lendemain de la grève des cheminot-e-s du 3 février, plusieurs fédérations avaient confirmé qu’après cet ultimatum le mouvement suivant serait une grève reconductible. Pas par plaisir (chacun-e sait les sacrifices financiers que représente une action qui dure), mais simplement parce que c’est indispensable pour gagner, pour mettre fin à la casse du service public ferroviaire. Tenant pour sa part l’engagement pris par plusieurs fédérations, SUD-Rail a déposé un préavis de grève reconductible à compter du 22 mars au soir.
 
Plutôt que de rechercher ce qui peut diviser, SUD-Rail préfère travailler à l’unité d’action syndicale
S’il y a plusieurs organisations syndicales, c’est parce qu’il existe des différences entre elles. Par exemple sur les modalités d’action, l’analyse de la situation, les revendications, la démocratie interne. Pour SUD-Rail, cela ne doit pas empêcher de trouver le chemin de l’unité, car elle est nécessaire pour construire des actions puissantes.
 
De préavis en grève reconductible annulés
qui se transforment en « 24 heures » à répétition  …

Mi-décembre, de nombreux cheminot-e-s n’avaient pas compris pourquoi CGT, UNSA, CFDT avaient retiré les préavis de grève nationaux, alors que contrôleurs/ses et agents de conduite étaient très mobilisé-e-s. Mais ces fédérations ayant mises en avant un mouvement reconductible « tous services » en janvier, nous nous sommes impliqués dans sa préparation.
 
Finalement, la grève a eu lieu le 3 février, avec un préavis limité à 24 heures. Le débat « 24 heures » ou « reconductible » ne concerne pas que la fédération SUD-Rail. C’est ainsi que la CGT avait indiqué qu’il s’agissait d’un ultimatum avant un mouvement d’un plus haut niveau dans les semaines suivantes, si les revendications n’étaient pas satisfaites. Les revendications n’ont pas été satisfaites,
l’éclatement de l’entreprise se poursuit, sa privatisation s’accélère, … et les fédérations CGT, UNSA, CFDT n’ont pas voulu donner de suite immédiate à la grève du 3 février.

SUD-Rail s’est appuyé  sur l’appel interprofessionnel du 23 mars pour relancer le processus.
Nous avons proposé un préavis unitaire reconductible… et nous avons été exclus de l’interfédérale pour cela ! CGT, UNSA, CFDT déposant un énième préavis de 24 heures, comme le 3 février.


Alors, ce qui n’était pas possible le 23 mars, le sera t-il le 6 avril ?
Juste avant le 23 mars, les militant-e-s CGT expliquent aux cheminot-e-s que leur fédération, avec l’UNSA et la CFDT, a décidé d’un mouvement national reconductible, à compter du 6 avril. C’est  dommage d’avoir refusé de créer une dynamique autour du 23 mars, alors que chacun-e sait que c’est tous ensemble qu’on doit lutter.
 
Les revendications CGT et SUD-Rail sont pour l’essentiel les mêmes. La volonté de construire un
mouvement national reconductible réaffirmée par la fédération SUD-Rail est partagée par de très nombreux collectifs syndicaux CGT (d’où plusieurs préavis reconductibles déposés par des syndicats locaux CGT le 23 mars).  L’unité dans l’action est possible, et de très nombreux mouvements revendicatifs locaux le montrent !

Mais pour annoncer un mouvement reconductible à partir du 6 avril, la fédération CGT, préfère s’allier avec l’UNSA qui vient de signer l’accord salarial entérinant une nouvelle perte de pouvoir d’achat, et avec la CFDT qui accepte une remise en cause du système de retraite.
 
Pour SUD-Rail, ce qui est prioritaire c’est la défense des intérêts des salarié-e-s : l’unité d’action syndicale existe souvent à la base. Imposons-là aussi entre fédérations, pour gagner tous  ensemble !
Dès ce 24 mars, la fédération SUD-Rail propose aux autres fédérations de se rencontrer pour  proposer unitairement le mouvement que les cheminots attendent.

 
Les autres fédérations n’ont pas souhaité que cela parte le 23 mars.
A SUD-Rail, nous sommes prêts à nous impliquer pour que ce
mouvement unitaire et reconductible démarre le plus tôt possible !

Il faut agir massivement, ne pas reculer sans cesse l’échéance car durant ce temps-là, la direction avance !