Recherche
 
Fermer
Connection

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


    visiteurs
    visiteurs en ligne

  Nombre de membres 123 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
 
Recherche
 
Fermer
 
Libre service
Les sections
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
64 Abonnés
Calendrier
Les nouvelles
 

Pépy s’attaque de nouveau au temps de travail des cheminots !  




La presse d’aujourd’hui annonce que  la SNCF est prête  à augmenter  le temps de travail des  cheminots travaillant pour l’activité TER. Guillaume Pépy se justifie en prétextant que la libéralisation et l’ouverture à la concurrence impose obligatoirement une dégradation des conditions sociales et de travail des cheminots pour que la compétition soit équitable entre la SNCF et les autres opérateurs.
 
La direction SNCF va encore plus loin : Jean-Pierre Farandou ose affirmer que la sécurité de l’emploi et que le régime de retraite seront préservés. Une semaine après que Sarkozy ait annoncé  officiellement qu’il allait toucher à nouveau le régime de retraites, la direction SNCF fait dans le mensonge et joue la carte de la provocation. 

Pour la fédération SUD-Rail :  
 
•  Une harmonisation aux meilleures conditions sociales est nécessaire sur la base du statut  applicable aux 160 000 cheminots actuels. C’est ce que nous avons défendu dès 2005 quand  se préparait l’ouverture à la concurrence pour le Fret ferroviaire. C’est cette position qui a  été rejetée par le gouvernement et la SNCF, membre de l’Union (patronale) des Transports Publics qui a abouti au dumping social largement responsable des difficultés actuelles de Fret SNCF.
 
•  Cette harmonisation doit concerner tous les travailleurs du secteur ferroviaire, qu’ils soient affectés à des services liés aux trafics voyageurs (Ter, IDF, TGV et Grandes Lignes) ou Fret. Cela nécessitera la dénonciation par les fédérations qui en ont le pouvoir de l’embryon de Convention Collective  Nationale appliquée aux cheminots du secteur privé de Fret.
 
 
Dans cette affaire, Direction et Gouvernement se moquent des cheminots et des usagers et ne pensent qu’à défendre les intérêts économiques des Véolia et autres multinationales avides de profits sur le dos du service public ! Le projet que Guillaume Pépy met en œuvre, est bien celui de la dilution de l'EPIC SNCF, entreprise publique de service public dans un grand groupe multinational soumis aux seuls impératifs financiers.
 
Les cheminots l’ont prouvé, par le passé, avec leurs syndicats SUD-Rail, ils ne se laisseront pas
faire !   Le courrier que fédération SUD-Rail a envoyé aux fédérations cheminotes pour leur proposer un mouvement reconductible à la SNCF dès le 23 mars s’inscrit pleinement dans cette démarche de
construction d’un mouvement puissant.
 
C’est avec cet objectif que SUD-Rail et l’Union Syndicale Solidaires appellent à unifier et rassembler tous les mouvements, secteur public, secteur privé, retraité-e-s, chômeurs/ses…
 
 

Lire la suite Lire la suite

 

Pépy s’attaque de nouveau au temps de travail des cheminots !  




La presse d’aujourd’hui annonce que  la SNCF est prête  à augmenter  le temps de travail des  cheminots travaillant pour l’activité TER. Guillaume Pépy se justifie en prétextant que la libéralisation et l’ouverture à la concurrence impose obligatoirement une dégradation des conditions sociales et de travail des cheminots pour que la compétition soit équitable entre la SNCF et les autres opérateurs.
 
La direction SNCF va encore plus loin : Jean-Pierre Farandou ose affirmer que la sécurité de l’emploi et que le régime de retraite seront préservés. Une semaine après que Sarkozy ait annoncé  officiellement qu’il allait toucher à nouveau le régime de retraites, la direction SNCF fait dans le mensonge et joue la carte de la provocation. 

Pour la fédération SUD-Rail :  
 
•  Une harmonisation aux meilleures conditions sociales est nécessaire sur la base du statut  applicable aux 160 000 cheminots actuels. C’est ce que nous avons défendu dès 2005 quand  se préparait l’ouverture à la concurrence pour le Fret ferroviaire. C’est cette position qui a  été rejetée par le gouvernement et la SNCF, membre de l’Union (patronale) des Transports Publics qui a abouti au dumping social largement responsable des difficultés actuelles de Fret SNCF.
 
•  Cette harmonisation doit concerner tous les travailleurs du secteur ferroviaire, qu’ils soient affectés à des services liés aux trafics voyageurs (Ter, IDF, TGV et Grandes Lignes) ou Fret. Cela nécessitera la dénonciation par les fédérations qui en ont le pouvoir de l’embryon de Convention Collective  Nationale appliquée aux cheminots du secteur privé de Fret.
 
 
Dans cette affaire, Direction et Gouvernement se moquent des cheminots et des usagers et ne pensent qu’à défendre les intérêts économiques des Véolia et autres multinationales avides de profits sur le dos du service public ! Le projet que Guillaume Pépy met en œuvre, est bien celui de la dilution de l'EPIC SNCF, entreprise publique de service public dans un grand groupe multinational soumis aux seuls impératifs financiers.
 
Les cheminots l’ont prouvé, par le passé, avec leurs syndicats SUD-Rail, ils ne se laisseront pas
faire !   Le courrier que fédération SUD-Rail a envoyé aux fédérations cheminotes pour leur proposer un mouvement reconductible à la SNCF dès le 23 mars s’inscrit pleinement dans cette démarche de
construction d’un mouvement puissant.
 
C’est avec cet objectif que SUD-Rail et l’Union Syndicale Solidaires appellent à unifier et rassembler tous les mouvements, secteur public, secteur privé, retraité-e-s, chômeurs/ses…
 
 

Fermer Fermer


 
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...