Vous êtes ici :   Accueil » Toutes les nouvelles
Espace Membres

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


    visiteurs
    visiteurs en ligne

  Nombre de membres 136 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Libre service
Les sections
Toutes les nouvelles

Communiqué de presse février 2010 - le 10/02/2010 22h33
Rapport annuel 2010 de la cour des comptes :
"La SNCF : réformes sociales et rigidité de gestion".
Après son rapport très partial et très discutable sur les trains régionaux (TER), la Cour persiste dans ses attaques idéologiques contre l'entreprise de service public SNCF.
Ainsi, pour la Cour des comptes, la priorité des priorités pour développer les transports ferroviaires dans un environnement concurrentiel serait de :
•  détruire encore plus d'emplois (‐ 3600 au budget 2010 de la SNCF), 
•  dégrader les conditions sociales et de travail des cheminots au mépris de leur santé et de la
sécurité des circulations.
 

Faut‐il être expert pour élaborer des rapports aussi idéologiques qui, dans la pure tradition libérale, encourage la concurrence par le dumping social ?


Ce n'est pas encore cette fois, que l'on pourra écrire que les magistrats de la cour des comptes ont produit un travail qui justifie que les contribuables leur permettent d'avoir des conditions de travail, de salaire et de pension de retraite autrement plus avantageuses que celles des
cheminots et des salariés en général.
Pour la Cour des comptes, il s'agit de niveler les conditions sociales par le bas. La SNCF est clouée à
nouveau au pilori pour, selon les rapporteurs, ne pas l'avoir encore assez fait.
Pour la Fédération SUD‐Rail, l'harmonisation des conditions sociales et de travail en France, comme
à l'échelle Européenne n'est concevable que par extensions  des dispositions les plus favorables
aux salariés. 
Pour la Fédération SUD‐Rail, ce sont justement d'autres orientations politiques qu'il est nécessaire
de mettre en œuvre pour développer un service public de transport ferroviaire qui réponde avec
efficacité aux besoins des populations et aux urgences écologiques de la période.

C'est ce pour quoi nous luttons !