Vous êtes ici :   Accueil » Toutes les nouvelles
Espace Membres

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


    visiteurs
    visiteurs en ligne

  Nombre de membres 136 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Libre service
Les sections
Toutes les nouvelles

En cette journée de grève Nationale, le taux de mobilisation se situait aux alentours de 30%.
Sur la région de Rouen, un rassemblement a eu lieu au dépôt de Sotteville, puis une manifestation vers le poste F du triage de Sotteville où la direction SNCF a décidé de mettre fin prochainement à l'activité du tri des wagons isolés avec des dizaines de suppression d'emplois à la clef.
Lors de ce rassemblement, SUD-Rail à fait la déclaration suivante:


"S
uite à l'échec des négociations avec la direction de la SNCF, qui veut passer en force ses projets de restructuration, nous sommes aujourd'hui en grève. 

Nous savons que cette grève de 24h00, n’est pas le mouvement suffisant pour faire reculer une direction qui organise la fin de l’entreprise publique SNCF et du statut de cheminot-e.
A SUD-Rail, nous avons décidé de jouer la carte de l’unité car les cheminots en sont demandeurs.
Chacun de nos collègues a conscience que ce n’est que par un mouvement reconductible placé sous le contrôle des assemblées générales, que nous pouvons gagner.
Mais à SUD Rail, nous avons également annoncé clairement qu’il ne va pas falloir prendre exemple de l’année 2009 (avec la succession de temps forts que nous connaissons), et qu’une riposte de grande ampleur est plus que nécessaire. 

Nous pensons aussi que pour avoir une riposte à la hauteur des attaques, un mouvement de grève reconductible, national et tous services, est nécessaire.  

C'est un bon slogan mais ça ne suffit pas, il faut lui donner une réalité. 

Cette réalité doit se traduire par la rencontre de toutes les organisations syndicales dès demain, et qu'elles se mettent d'accord pour poser ce préavis tant attendu par tous!!! 

Ce 3 février est un ultimatum que nous lançons ! Ultimatum, avant un mouvement tous services, illimité, qui est indispensable pour faire reculer la direction et le gouvernement.

Un ultimatum sur l'emploi: Pour 2010, la direction a déjà prévu de détruire 3600 emplois c'est inacceptable! Nous demandons donc des embauches effectives et non des maniements de chiffres.

Un ultimatum pour le maintient de l'entreprise public intégrée: Mobilisons nous contre leur projet de démantèlement en branches d'activités fonctionnant comme de véritables entreprises autonomes et contre le découpage en morceaux de l’entreprise qui nous mène vers des filiales de droit privé. Se mobiliser est le meilleur moyen d'empêcher la dérive vers des réglementations du travail différenciées et toujours tirées vers le bas pour assurer la rentabilité financière.

 
Un ultimatum sur les salaires: En 2009, la direction a attribué 0,3 % d’augmentation de salaire et seulement 0,3 %. C’est scandaleux ! 200 euros d'augmentation par mois pour toutes et tous c'est possible, et nous les obtiendrons que par le rapport de force.
 
Alors battons nous...."