Recherche
 
Fermer
Connection

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


    visiteurs
    visiteurs en ligne

  Nombre de membres 127 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
 
Recherche
 
Fermer
 
Libre service
Les sections
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
64 Abonnés
Calendrier
Les nouvelles

"J'achète un permanent Rue de la paix"

En juillet la direction de la SNCF convoquait les organisations syndicales pour une table ronde sur le droit syndical.
 
La fédération des syndicats SUD-Rail ne nie pas la nécessité de discuter du droit syndical dans l’entreprise, de la liberté d’exercice de ce droit, bien au contraire.  Cependant, cela devrait viser en premier lieu tous les militants syndicaux ignorés dans ce projet d’accord : celles et ceux qui ne sont pas permanents, et qui sont confrontés quotidiennement à des pressions (dont les formes peuvent être diverses, mais touchent les agents de tous collèges), qui voient trop souvent leur déroulement de carrière considérablement ralenti ou bloqué L’autre urgence en matière de droit syndical, est de développer la démocratie et le rôle de contre-pouvoir des représentant-e-s du personnel, notamment en cessant les parodies que sont trop souvent les réunions de DP, de CE, et aussi de CHSCT.
 
Voilà ce dont la fédération SUD-Rail souhaitait débattre.
Mais cela aurait des effets sur la politique menée par la direction de l’entreprise…
 
La lecture des textes préparatoires nous confirme que la direction propose des mesures  qui concernent uniquement les permanents dégagés à plein temps ou presque (au moins 80 %).
 
De plus, au mépris de la volonté des organisations syndicales la direction a décidé seule de verser une somme comprise entre 50 € pour les non cadres et presque 2000 € pour les cadres permanents syndicaux.
 
Comme nous l'avions déjà écrit à deux reprises la fédération SUD-Rail et ses militants concernés refusent de toucher cette prime et demandent à la SNCF de revenir sur cette décision inique et insultante.

Lire la suite Lire la suite


"J'achète un permanent Rue de la paix"

En juillet la direction de la SNCF convoquait les organisations syndicales pour une table ronde sur le droit syndical.
 
La fédération des syndicats SUD-Rail ne nie pas la nécessité de discuter du droit syndical dans l’entreprise, de la liberté d’exercice de ce droit, bien au contraire.  Cependant, cela devrait viser en premier lieu tous les militants syndicaux ignorés dans ce projet d’accord : celles et ceux qui ne sont pas permanents, et qui sont confrontés quotidiennement à des pressions (dont les formes peuvent être diverses, mais touchent les agents de tous collèges), qui voient trop souvent leur déroulement de carrière considérablement ralenti ou bloqué L’autre urgence en matière de droit syndical, est de développer la démocratie et le rôle de contre-pouvoir des représentant-e-s du personnel, notamment en cessant les parodies que sont trop souvent les réunions de DP, de CE, et aussi de CHSCT.
 
Voilà ce dont la fédération SUD-Rail souhaitait débattre.
Mais cela aurait des effets sur la politique menée par la direction de l’entreprise…
 
La lecture des textes préparatoires nous confirme que la direction propose des mesures  qui concernent uniquement les permanents dégagés à plein temps ou presque (au moins 80 %).
 
De plus, au mépris de la volonté des organisations syndicales la direction a décidé seule de verser une somme comprise entre 50 € pour les non cadres et presque 2000 € pour les cadres permanents syndicaux.
 
Comme nous l'avions déjà écrit à deux reprises la fédération SUD-Rail et ses militants concernés refusent de toucher cette prime et demandent à la SNCF de revenir sur cette décision inique et insultante.

Fermer Fermer


 
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...