Vous êtes ici :   Accueil » Toutes les nouvelles
Espace Membres

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


    visiteurs
    visiteurs en ligne

  Nombre de membres 136 membres
Connectés :
membressudrailnormandie
Libre service
Les sections
Toutes les nouvelles

Nouvel accident à un passage à niveau  
 
En  l’espace  de  trois  jours,  c’est  le  troisième  accident  à  un  passage  à  niveau  sur  le  réseau  ferré français, qui s’est produit hier soir à Saint Jean de la Porte en Savoie faisant trois morts.
 
La direction de Réseau Ferré de France, propriétaire et gestionnaire de l’infrastructure ferroviaire, se
défend en annonçant que ce passage à niveau n’est pas répertorié comme dangereux. Il y a un peu
plus d’un an, le passage à niveau où s’est déroulé le drame d’Allinges (en Haute-Savoie), était lui
réputé  « difficile  pour  un  véhicule  à  gabarit  important » mais  pas  répertorié  non  plus  comme
dangereux…
 
RFF prétend se préoccuper  de supprimer ces points dangereux. Mais comment être rassuré quand
on  sait  que  RFF  a  été    créé  dans  la  seule  perspective  de  rentabiliser  le  réseau  en  percevant
toujours  plus  de  péages  de  la  SNCF  et  en  réduisant  le  plus  possible  les  frais  d’entretien  de
l’infrastructure ferroviaire.
 
Bien sûr,  lorsqu’un drame se produit, on parle « d’accident à  la SNCF », pas « d’accident à RFF ».
Cette  situation  est  due  à  la  contre-réforme  du  système  ferroviaire,  en  1997,  confortée  et  même
accentuée par les gouvernements successifs.
 
L’évolution  du  rythme  de  suppressions  des  passages  à  niveau  marque  un  recul
considérable depuis que RFF en a la charge.
 

  • De 1988 à 1997, la SNCF a supprimé en moyenne 404 passages à niveau par an !
  • De 1997 à 2007, RFF a supprimé en moyenne 80 passages à niveau par an !  

Quatre fois moins !!  
 
Cette évolution a des conséquences dramatiques, au point que le gouvernement préfère mentir en
annonçant des chiffres de suppressions plus élevé que la réalité.
 
C’est  pourquoi  SUD-Rail  veut  savoir  concrètement  quels moyens  réels ont été mis en place par le gouvernement et RFF après le drame survenu le 2 juin 2008 en Haute Savoie ? Le premier ministre, lui-même, avait annoncé un plan d’actions  comportant 20 mesures. C’est pourquoi SUD-Rail exige  le retour  à  une  entreprise  intégrée !  Il  faut  abroger  RFF,  réintégrer  ses missions au sein de l’entreprise de service public ferroviaire SNCF.